A A A

Les épargnants restent fidèles à leur plan de retraite

7 novembre 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les turbulences des marchés financiers mondiaux n’ont pas détourné fondamentalement les Canadiens de leurs projets de retraite, indique un sondage du Groupe Investors.

D’une part, leur détermination à rester fidèles à leurs plans d’épargne-retraite n’a pas été entamée. Deux investisseurs sur trois (67 %) qui détiennent déjà un REER ou qui prévoient en ouvrir un ont l’intention de cotiser autant ou davantage que l’année dernière.

D’autre part, quoi qu’il arrive, ils tireront leur révérence au marché du travail. Cependant, un Canadien sur quatre (28 %) affirme qu’il va prendre sa retraite plus tard que prévu. De tous les groupes d’âge, ce sont les personnes de 60 à 64 ans qui sont les plus susceptibles d’affirmer qu’elles prendront leur retraite plus tard (44 %). Trente pour cent des femmes et 25 % des hommes prévoient maintenant reporter leur retraite.

Le Groupe Investors a demandé aux participants d’indiquer leur niveau de préoccupation par rapport à différents aspects de la sécurité financière à la retraite. L’impôt foncier et l’impôt sur le revenu (39 %), les fluctuations des devises (39 %) et les faibles rendements des marchés boursiers (38 %) sont les éléments qui suscitent le plus de craintes.

À propos de faibles rendements des placements et de l’incertitude économique, les sondeurs ont vérifié comment les Canadiens font face à ces défis. Essentiellement, en se serrant la ceinture. En effet, près du tiers (28 %) des participants disent moins dépenser pour le divertissement, 32 % dépensent moins pour les petits luxes personnels et 34 % dépensent moins pour d’importants achats discrétionnaires.

À lire aussi sur le sujet : Grandes ambitions, mauvaise préparation, le compte rendu d’une étude mondiale d’HSBC Assurances sur la perception de la retraite et de l’héritage, paru dans le numéro de novembre 2008 du magazine Conseiller.

Loading comments, please wait.