A A A

Les États-Unis se reprennent et surprennent en juin

28 juillet 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

En juin, les ventes de maisons neuves, l’indice de confiance des consommateurs et les commandes de biens durables ont obtenu des résultats positifs qui ont étonné les analystes, selon ce que rapporte l’agence Bloomberg.

Tout d’abord, l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan/Reuters s’est chiffré à 61,2 pour juillet, Il s’agit d’une remontée inattendue par rapport à 56,4 en juin. Les experts prédisaient que l’indice stagnerait.

Cette hausse est en grande partie attribuable à la baisse du baril de pétrole à la fin de juillet, les consommateurs semblant s’attendre à un apaisement de l’inflation.

En ce qui concerne l’immobilier, les ventes de maisons neuves ont reculé moins que prévu en juin, soit de 0,6 %. Elles ont atteint 530 000 logements, plutôt que 503 000. Ainsi, le nombre de maisons neuves invendues a chuté à 10 mois de ventes, par rapport à son sommet de 11,2 mois de ventes en mars. Le prix médian d’une maison neuve a grimpé de 1,4 %, en deçà de 2 % du niveau de 2007.

Enfin, selon le Département du commerce américain, les commandes de biens durables se sont encore haussées, cette fois-ci de 0,8 % en juin, la seule montée mensuelle consécutive depuis juillet 2007, dépassant une fois de plus les attentes.
 « Au bout du compte, nous éviterons une récession sévère », affirme James O’Sullivan, économiste principal chez UBS Securities LLC, à Stamford, Connecticut.
Toutefois, certains économistes mettent en garde contre trop d’optimisme. Par exemple, Paul Ferley, économiste à la RBC, considère que, les niveaux d’activité en immobilier restent extrêmement bas et les inventaires, élevés, et donc, qu’on ne doit espérer aucune reprise du secteur de la construction très prochainement.

Les économistes avaient prévu que le ralentissement empirerait d’ici la fin de l’année, une fois que l’impact des retours d’impôt s’amenuisera et que les pertes d’emplois et les prix grandissants à la consommation forceront les ménages à couper leurs dépenses.

En effet, pour les analystes, les indices de confiance qui mènent à la consommation résultent de l’impact bénéfique des retours d’impôt de mai. Mais pour que la confiance reste, il faudra que des emplois soient créés et que les revenus augmentent.

Loading comments, please wait.