A A A
Argent

Les études des enfants peuvent retarder la retraite

26 août 2013 | Fabrice Tremblay | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les coûts des études post-secondaires de leurs enfants peuvent conduire plusieurs parents à repousser l’âge de leur retraite. C’est ce que révèle un sondage mené par la firme Léger marketing pour le compte de la banque CIBC.

Le sondage indique que 60 % des parents ayant des enfants de moins de 25 ans ont épargné moins que ce qu’ils avaient prévu pour leur retraite, car ils ont utilisé une partie de leur épargne-retraite pour payer les études de leurs enfants. Cette proportion est cependant plus faible au Québec, soit 49 %, par rapport à la moyenne canadienne de 60 %.

Dans 33 % des cas, les parents indiquent même avoir augmenté leurs dettes pour aider leurs enfants à payer leurs études ou à combler d’autres besoins.

L’âge de la retraite
Parmi tous les parents ayant des enfants de moins de 25 ans, 36 % ont répondu qu’ils devront repousser la date du départ à la retraite. Dans 16 % des cas, le départ à retraite devrait avoir lieu entre un et quatre ans plus tard que ce qui était prévu. Mais 19 % prévoient reporter cette date d’au moins cinq ans.

« De nombreux Canadiens veulent accroître leur épargne-retraite ou réduire leurs dettes, mais les coûts qu’on peut assumer en aidant ses enfants pour leurs études collégiales ou universitaires peuvent nuire à la réalisation de ces objectifs », affirme Sylvain Vinet, directeur régional, Est du Canada, Distribution Détail CIBC.

« Les frais associés aux études d’un enfant s’appliquent souvent lorsque les parents sont dans la quarantaine ou la cinquantaine et veulent accélérer la croissance de leur épargne-retraite. Par conséquent, certains parents devront travailler un plus grand nombre d’années pour combler l’écart créé par les coûts associés aux études de leurs enfants », souligne M. Vinet.

Loading comments, please wait.