A A A
Épargne

Les étudiants sous-estiment le poids de leur dette

20 septembre 2011 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Un récent sondage de BMO mené auprès de cégépiens et d’universitaires indique qu’ils ont une vision idyllique de leur dette d’études.

En effet, le tiers d’entre eux (32 %) croient qu’ils auront moins de 10 000 $ à rembourser lorsqu’ils décrocheront leur diplôme. Plus du quart (27 %) estiment qu’ils n’auront aucune dette, et 63 % pensent qu’ils pourront payer leur dette dans un délai de cinq ans.

BMO se dit préoccupée par ces résultats. Pourquoi? Parce que les données de 2009 de Statistique Canada montrent que les étudiants de 1er cycle qui reçoivent des prêts d’études paient en moyenne des frais annuels de scolarité de 5 138 $. Au moment de l’obtention du diplôme, le solde moyen de leur prêt se chiffre à 18 800 $.

 

Par ailleurs, il leur faut généralement 9,5 ans pour effacer leur dû, alors que certains prennent le délai maximum de remboursement permis, soit 14,5 ans. Et, bien que la plupart des étudiants remboursent entièrement leur prêt, on note quand même un taux de défaillance de 14 %, constate le Programme canadien de prêts aux étudiants.

« Nous savons que le coût des études postsecondaires augmente sans cesse pour les étudiants canadiens et leurs familles, mais il en va de même pour la valeur de ces études, affirme BMO. Sous de nombreux aspects, il s’agit de l’investissement le plus important qu’une personne puisse faire. Bien que nous ne puissions pas influer sur le coût des études, des banques comme BMO peuvent aider les étudiants à abaisser leurs frais connexes, comme les dépenses courantes au cours de l’année universitaire, en leur offrant des options et des conseils permettant d’économiser. »

Avec les bons produits d’épargne, de crédit et de prêt, et avec une bonne information, les étudiants peuvent réduire leurs coûts pendant toute l’année universitaire, souligne BMO.

Loading comments, please wait.