A A A
Épargne

Le FCP, l’outil favori des épargnants

20 octobre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les fonds communs de placement (FCP) demeurent le premier outil d’épargne des Canadiens, selon une enquête publiée vendredi par l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC).

Intitulé La perception des investisseurs canadiens quant aux fonds communs de placement et à l’industrie des fonds communs, ce document est fondé sur 1008 sondages téléphoniques réalisés par Pollara avec des porteurs de parts de fonds communs d’un océan à l’autre.

Ses conclusions sont sans ambiguïtés, puisqu’il montre que 87 % des investisseurs estiment que les FCP les aident bien à réaliser leurs objectifs financiers. En revanche, leur confiance diminue quand on leur parle d’actions (62 %), de certificats de placement garanti (61 %) ou d’obligations (55 %).

LES CONSEILLERS ONT TOUJOURS LA COTE

« Au cours de la dernière décennie, les Canadiens qui détiennent des FCP ont déclaré de façon soutenue qu’ils croyaient fermement que ces véhicules d’épargne pouvaient les aider à réaliser leurs objectifs financiers, plus que tout autre produit », commente Joanne De Laurentiis, présidente et chef de la direction de l’IFIC.

« Ces résultats reflètent le succès que connaît notre secteur lorsque vient le temps de répondre aux besoins des investisseurs dans un marché en constante évolution », ajoute-t-elle.

Le sondage révèle en outre que les conseillers financiers ont plus que jamais la cote auprès des investisseurs. Ainsi, 94 % d’entre eux croient qu’ils peuvent leur faire confiance pour obtenir des conseils judicieux.

D’une manière générale, les conseillers demeurent de loin leur source d’information privilégiée en matière de FCP, que ce soit par l’entremise de conversations (82 %), de bulletins électroniques (64 %) ou de sites Web (53 %).

DE BONNES INFORMATIONS POUR DE BONS CHOIX

À noter que pour 57 % des sondés, les grands médias d’information constituent également un autre moyen important de s’informer.

Par ailleurs, 92 % des investisseurs affirment qu’ils se sentent assez confiants pour pouvoir prendre une décision éclairée grâce aux renseignements dont ils disposent; la moitié d’entre eux (47 %) se disent même très confiants.

La vaste majorité (92 %) des répondants indiquent que leur conseiller a discuté avec eux de la pertinence des produits choisis par rapport à leurs objectifs de placement. Cette donnée « démontre qu’au cours des sept dernières années, il y a eu une progression lente mais stable du nombre de discussions liées à la convenance des placements », souligne l’IFIC.

MEILLEUR RENDEMENT

Enfin, dans 91 % des cas, les sondés ont déclaré qu’ils avaient obtenu un meilleur rendement sur leurs placements que s’ils n’avaient pas eu recours aux services d’un professionnel.

Un résultat qui vient confirmer de récentes études réalisées par le CIRANO (Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations) et le Conference Board du Canada, selon lesquelles les conseils financiers peuvent accroître l’épargne des investisseurs et donc améliorer leur sécurité financière à long terme.

Des documents d’information « satisfaisants »

Selon le sondage de l’IFIC, la plupart des investisseurs qui ont acheté un nouveau FCP au cours de la dernière année se disent satisfaits de la qualité des documents d’information reçus.

Plus de neuf personnes sur 10 affirment en effet que le matériel leur convenait pour ce qui est d’illustrer l’historique du taux de rendement (94%), d’offrir les renseignements nécessaires (96 %) et d’être facile à comprendre (94 %).

À noter que plus de la moitié des investisseurs de fonds qui ont eu recours à un conseiller ont reçu des services liés à la planification des placements (58 %), à la planification financière (55 %) et à la planification de la retraite (48 %).

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.