A A A

Les fonds de couverture annulent leur inscription à la SEC

26 septembre 2006 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

(26-09-2006)Depuis le 8 août dernier, plus de 100 fonds de couverture ont annulé leur inscription à la Securities and Exchange Commission(SEC), souligne l’organisme américain de réglementation des valeurs mobilières.

Le 8 août, rappelons-le, est la date à laquelle la SEC a confirmé qu’elle n’en appellerait pas du jugement de la cour fédérale de Washington qui a déclaré illégales, en juin dernier, les règles imposées aux fonds de couverture, comme l’inscription obligatoire.

Depuis le début du mois, nous apprend le rapport de la SEC , les retraits se sont accélérés. Une cinquantaine de fonds ont mis fin à leur inscription. Parmi les gros joueurs, on note le fonds D.B. Zwirn, qui gère un actif de 4,7 milliards de dollars américains et Mason Capital(2,1 milliards de dollars).

Le fonds Amaranth Advisors LLC, qui défraie la manchette ces temps-ci en raison de pertes de plus de 6 milliards de dollars sur le marché du gaz naturel, a toujours refusé de s’inscrire. En 2004, dans une lettre à la SEC , un dirigeant a indiqué que l’industrie des fonds de couverture était l’exemple parfait de la liberté d’entreprise que vénèrent les Américains. La SEC , a-t-il ajouté, ne devait pas tenter de réparer ce qui n’était pas brisé.

Au moment de mettre en ligne, la direction d’Amaranth essayait désespérément de trouver un moyen d’empêcher son fonds de couler à pic. Il était également sous enquête relativement à la divulgation d’informations douteuses sur ses rendements. La Caisse de dépôt et placement du Québec a investi plus de 77 millions de dollars dans ce fonds basé au Connecticut.

Trois autres fonds sont également sur la sellette. Saranac Capital Management LP et Ospraie Management LLC ont fermé leurs portes après avoir subi de lourdes pertes dans les secteurs des matériaux de base et des obligations convertibles. Quant à la société Aeneas Capital Management LP, elle fait l’objet d’une enquête menée par les autorités américaine et malaisienne. Aeneas Capital aurait joué de malchance à la Bourse de la Malaisie. L ’actif de l’un de ses fonds aurait fondu de 60 %. Quand tout allait pour le mieux, Aeneas Capital gérait environ 400 millions de dollars américains.

Harvey Goldschmid, un ex-commissaire de la SEC , a indiqué à l’agence Bloomberg que le cas d’Amaranth est l’illustration parfaite de ce que craint la SEC. La quasi-absence de réglementation des fonds de couverture, dit-il, risque de causer des déraillements à grande échelle. Les règles qu’avait édictées la SEC prévoyaient, outre l’inscription obligatoire, la divulgation de la taille de l’actif, le nombre d’employés et le profil des clients. Les fonds de couverture étaient aussi sujets à des inspections à l’improviste.

Pour l’instant, 2 479 fonds de couverture demeurent inscrits à la SEC. On estime qu’il y a 7 000 de ces fonds en opération aux États-Unis. L’actif sous gestion serait d’environ 1 200 milliards de dollars américains.

Les grands fonds vedettes d’Edward Lampert(15,5 milliards de dollars)et de George Soros(10,1 milliards de dollars)n’ont jamais été inscrits à la SEC.

Loading comments, please wait.