A A A
Crédit

Les hypothèques tirent le crédit vers le haut

8 décembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

tirelire_epargne_dettes_4251Le crédit des ménages canadiens a bondi de 5 % en octobre comparativement à la même période il y a un an. Les grandes responsables? Les hypothèques, a indiqué vendredi un rapport de la Banque Royale.

Les emprunts hypothécaires ont en effet progressé de 6 % en octobre par rapport au même mois l’an dernier. C’est la croissance la plus rapide depuis octobre 2012.

Ainsi, le crédit total des ménages canadiens atteint désormais 1 888 G$ et les hypothèques représentent 70 % de ce montant, soit 1 346 G$.

UN RISQUE POUR L’ÉCONOMIE

« Après avoir enregistré un taux de croissance de 5,4 % pendant cinq mois consécutifs, cette composante du crédit des ménages a graduellement progressé, dans un contexte de conditions d’emprunt accommodantes et d’activité immobilière vigoureuse dans plusieurs marchés à travers le pays », explique l’économiste Laura Cooper dans le rapport.

Parallèlement, la croissance du crédit à la consommation a ralenti à 2,7 %, son rythme le plus lent dans la dernière année. Les prêts personnels, marges de crédit, cartes de crédit et autres emprunts totalisaient 542 G$.

La croissance du taux d’endettement est identifiée par plusieurs, incluant la Banque du Canada, comme étant un risque important pour l’économie.

DOUTES SUR LA VIGUEUR DE L’IMMOBILIER

L’augmentation de l’emprunt hypothécaire survient alors que des doutes sont soulevés sur la vigueur du marché immobilier canadien. Si Toronto et Vancouver demeurent performants, d’autres marchés commencent à ressentir la faiblesse de l’économie.

Les hypothèques à taux variables demeurent basses, grâce à la Banque du Canada qui maintient son taux cible du financement à un jour à 0,5 %. Mais les populaires offres à taux fixe sur cinq ans de plusieurs créanciers ont commencé à augmenter.

À l’inverse des ménages, la croissance du crédit des entreprises et le financement à long terme sont en plein ralentissement, indique l’étude de la Banque Royale. Les obligations, débentures, actions et bons de souscription ont augmenté de 6,4 % en octobre, par rapport à une hausse de 7,1 % en septembre.

Avec La Presse Canadienne


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques