A A A
Économie

Les investissements canadiens en titres étrangers à la hausse

19 novembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les investisseurs canadiens ont ajouté 8,6 G$ de titres étrangers à leurs avoirs en septembre après avoir effectué un investissement « minime » dans ces instruments en août, selon les dernières données publiées en début de semaine par Statistique Canada.

Les sorties de fonds ont ciblé à la fois les instruments d’emprunt et les actions au cours du mois, indique également l’organisme.

Les acquisitions canadiennes de titres d’emprunt étrangers, principalement des obligations de sociétés et du gouvernement des États-Unis, ont atteint 5,1 G$.

De leur côté, les achats canadiens d’actions étrangères ont atteint 3,6 G$. Les investisseurs ont ajouté 3,8 G$ d’actions étrangères non américaines à leurs portefeuilles, mais ont réduit leur exposition aux actions émises par nos voisins du Sud pour un deuxième mois d’affilée.

Investissements étrangers au Canada

Parallèlement, les investissements étrangers en titres canadiens ont ralenti pour s’établir à 4,4 G$, comparativement à 10,3 G$ en août; ils se sont surtout concentrés dans les instruments du secteur des sociétés privées.

Les investissements étrangers en actions canadiennes ont pour leur part atteint 4,7 G$, soit l’investissement le plus élevé du genre cette année. Les acquisitions d’actions canadiennes par des non-résidents ont totalisé 28,5 G$ pendant les trois premiers trimestres de 2014, comparativement à un investissement de 6,9 G$ au cours de la même période en 2013.

Les investissements des non-résidents dans des obligations canadiennes ont été de 4,6 G$; il s’agit entièrement d’instruments en devises étrangères.

Enfin, les investisseurs étrangers ont retiré 5 G$ du marché monétaire national. La majeure partie du désinvestissement étranger au cours du mois provenait des effets de sociétés privées canadiennes. Une réduction des avoirs étrangers en effets des administrations publiques, tant fédérale que provinciales, y a également contribué.

La rédaction vous recommande :

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques