A A A
Inflation

Les investisseurs d’ici préfèrent les États-Unis

21 mai 2015 | Pierre-Luc Trudel | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les investisseurs d’ici font davantage confiance aux marchés boursiers américains que canadiens pour obtenir le meilleur rendement pour leurs placements, selon l’enquête mondiale de 2015 de Franklin Templeton sur l’état d’esprit des investisseurs.

Près de la moitié d’entre eux (47 %) croient que le marché boursier américain offrira le meilleur rendement cette année, comparativement à 24 % l’année dernière. Seulement le quart des Canadiens pensent que leur propre marché offre les meilleures possibilités en matière de capital-actions, soit 11 % de moins que l’an dernier. Par ailleurs, 31 % ont choisi des investissements dans les titres à revenu fixe canadiens pour la prochaine décennie.

« Les cours des marchés boursiers américains ayant bondi de 13,7 % en 2014, les investisseurs canadiens sont tentés de miser sur l’une des catégories d’actifs les plus performantes de l’an dernier, ce qui peut être une stratégie risquée », a déclaré par voie de communiqué Stephen Lingard, vice-président principal et gestionnaire de portefeuille à Solutions Franklin Templeton.

Les actions ont toujours la cote

Même si les attentes relatives au rendement du marché boursier canadien ont baissé de 12 % depuis l’an dernier, plus de la moitié (53 %) des investisseurs canadiens prévoient tout de même un rendement positif en 2015.

Dans l’ensemble, les actions sont nettement considérées comme offrant le meilleur rendement potentiel, à la fois à court et à long terme. Les biens immobiliers et les métaux précieux sont également classés parmi les actifs les plus performants en 2015 et au cours des dix prochaines années.

« La volatilité récente du secteur de l’énergie et du dollar canadien incite les investisseurs à procéder à un examen de leurs avoirs en portefeuille, a indiqué M. Lingard. Il est conseillé aux investisseurs de ne pas paniquer à propos de l’instabilité à court terme et de se concentrer plutôt sur leurs stratégies de répartition des actifs à plus long terme afin d’obtenir de solides résultats de leurs investissements et un rendement ajusté en fonction du risque. »

Optimistes, mais préoccupés

Même si les investisseurs canadiens sont plus optimistes que l’an passé à l’idée d’atteindre leurs objectifs financiers (85 % contre 81 %), ils sont nombreux à être préoccupés par l’état de l’économie mondiale (45 %) et de la chute du cours du pétrole (37 %).

En ce qui a trait aux objectifs de placements, la retraite demeure en tête de liste pour 70 % des Canadiens et 75 % des Américains. La planification des vacances (52 %) et des situations d’urgence (40 %) sont les deux autres principaux objectifs de placement énoncés par les répondants canadiens. Les investisseurs âgés de 25 à 34 ans sont pour leur part plus susceptibles de classer l’achat d’une nouvelle maison ou l’investissement dans une entreprise ou son démarrage parmi leurs trois principales priorités que ceux âgés de 45 ans et plus.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.