A A A
Attention

Les investisseurs doivent se méfier de Michael Mitton

2 juillet 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les investisseurs doivent se méfier des récentes sollicitations effectuées dans la région de Montréal par Michael Mitton, a mis en garde hier l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Ce multirécidiviste en matière de placements illégaux solliciterait actuellement des investissements sous le nom de Mike Cypress à titre de consultant pour les sociétés Cytron Capital Group et Petrichor Energy, indique l’Autorité.

Connu pour avoir fait usage d’autres alias auparavant, dont celui de Mike Matt, Michael Mitton ne détient aucune inscription qui lui permette de solliciter des investissements au Québec.

DÉJÀ ÉPINGLÉ DANS D’AUTRES PROVINCES

L’AMF a d’ailleurs déposé une demande d’ordonnance réciproque devant le Bureau de décision et de révision, qui sera entendue le 25 août. Cette requête vise à élargir à la province la portée d’ordonnances prononcées par les commissions de valeurs de la Colombie-Britannique (en anglais), de l’Alberta (en anglais) et de l’Ontario (en anglais).

Rappelons qu’offrir des investissements sur Internet ou directement est une activité réglementée. En conséquence, la personne ou la compagnie qui exerce cette activité doit être inscrite auprès de l’Autorité.

Afin d’éviter d’être une victime de ce type d’approche, il est donc important de vérifier que cette personne ou cette compagnie est en règle en consultant le registre des entreprises et individus autorisés à exercer.

DES CONSEILS POUR PRÉVENIR LA FRAUDE

Vos clients croient avoir été approchés par Michael Mitton pour investir dans les sociétés Cytron Capital Group et Petrichor Energy, ou encore avoir détecté une approche qui leur semble illégale? Dans ce cas, dites-leur de communiquer avec le centre d’information de l’Autorité.

Et pour prévenir une éventuelle fraude, ils peuvent aussi consulter son site Web pour obtenir d’autres conseils de prudence.

La rédaction vous recommande :

 

 

 

 

 

 

 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques