A A A
Économie

Les investisseurs institutionnels mondiaux sont optimistes

28 octobre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les investisseurs institutionnels des quatre coins du globe ont regagné confiance, indique un sondage publié hier par Pyramis Global Advisors.

Effectuée auprès de 811 investisseurs institutionnels dans 22 pays, qui représentent des actifs de plus neuf billions de dollars américains, cette enquête couvre notamment 262 régimes de retraite privés et gouvernementaux américains, 90 régimes de retraite canadiens, 283 institutions européennes et 128 institutions asiatiques, y compris des régimes de retraite, des compagnies d’assurance et des institutions financières.

Le tableau qu’elle dresse est optimiste, puisque les régimes de retraite et d’autres investisseurs institutionnels estiment, dans une proportion de 91 %, être en mesure d’atteindre les rendements ciblés en cinq ans, soit un pourcentage nettement plus élevé que celui de 65 % obtenu lors d’un sondage mené en 2012.

Importantes disparités régionales

Le sondage met en évidence les différences régionales qui existent à plusieurs égards, comme les attentes quant à la volatilité boursière, les perspectives sur les placements alternatifs, les objectifs et les occasions de placement.

Ainsi, à l’extérieur du Canada et des États-Unis, les attentes concernant la volatilité à long terme sont assez faibles et accompagnées d’une baisse dans la fréquence des cycles de booms/krachs prévus en Asie (91 %) et en Europe (79 %).

Seules 7 % des institutions américaines s’attendent à une baisse de la volatilité, tandis que 42 % prévoient plutôt qu’elle s’accroîtra. Cette tendance se manifeste partout en Amérique du Nord, puisque 10 % des régimes de retraite canadiens considèrent qu’elle diminuera, contre 60 % qui s’attendent à ce qu’elle augmente.

« Si la volatilité reste la principale préoccupation des investisseurs institutionnels en Europe et en Asie, les institutions américaines expriment moins d’inquiétude à propos des marchés de capitaux que dans le passé », relève Pyramis.

De son côté, « l’Europe témoigne toujours de la crainte à l’égard de la faiblesse des rendements, alors que l’Asie se soucie des changements réglementaires et comptables » et que « le Canada est axé sur la gestion des risques ».

Perspectives sur les placements alternatifs

Bien que l’utilisation des placements alternatifs augmente rapidement dans le reste du monde, l’usage de stratégies alternatives liquides et non liquides semble ralentir parmi les institutions chez nos voisins du Sud, note également Pyramis.

Ainsi, parmi les répondants qui envisagent d’accroître la répartition de placements alternatifs non liquides au cours des deux prochaines années, l’Asie arrive en tête (79 %), suivie de l’Europe  (57%) et des États-Unis (22 %).

Interrogés sur les frais associés aux placements alternatifs, seuls 19 % des régimes américains sondés ont affirmé que les fonds spéculatifs et de capital-investissement en valent la peine, comparativement à 91 % en Asie et à 72 % en Europe.

« Les régimes américains sont en voie de réévaluer la complexité, les risques et les frais associés aux fonds spéculatifs. Notre sondage indique [qu’ils] se préparent à un retour à des portefeuilles plus traditionnels et à des placements plus classiques », estime Derek Young, vice-président de Pyramis.

Objectifs de placement

D’une manière générale, les institutions mondiales se fixent la croissance comme principal objectif de placement, mais, là encore, les résultats varient considérablement en fonction des régions, constate Pyramis.

Ainsi, les institutions asiatiques sont très axées sur ce thème, puisque 64 % d’entre elles citent l’augmentation du capital comme but prioritaire. La situation de financement est également l’objectif premier des régimes américains, mais les données diffèrent entre les régimes publics (62 %) et les régimes de sociétés (37 %).

En Europe, la priorité est plutôt la préservation du capital, tandis que les institutions canadiennes mettent autant l’accent sur cet aspect-là que sur la croissance de leur situation de financement.

Occasions de placement

Enfin, une vue mondiale des résultats du sondage montre que les régimes sont à l’affût d’occasions de placement à moyen terme, surtout dans les pays émergents d’Asie.

Toutefois, une ventilation régionale révèle un penchant géographique. En effet, 61 % des régimes en Asie citent que l’Asie émergente sera leur première source de croissance à moyen terme.

Les régimes américains et canadiens, eux, favorisent l’Amérique du Nord (34 %) et l’Asie (32 %), tandis que les régimes européens privilégient l’Amérique du Nord (33 %), l’Asie (21 %) et les pays en développement d’Europe (19 %).

Établie à Smithfield, dans l’État du Rhode Island, Pyramis Global Advisors est une société de Fidelity Investments qui offre des produits et des services de gestion d’actif aux investisseurs institutionnels du monde entier.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques