A A A

Les PCAA ont coûté 1,9 milliard de dollars à la Caisse en 2007

22 février 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Au terme de son exercice de 2007, la Caisse de dépôt et placement du Québec a dû déprécier de 15 % la valeur de ses placements estimés à 12,6 milliards de dollars dans le papier commercial adossé à des actifs non bancaires (PCAA). Cela se traduit par une provision de 1,9 milliard de dollars.
Près des trois quarts de cette somme (1,4 milliard) consiste en une «provision de prudence» dont la probabilité de récupération à l’échéance est «jugée élevée» par la Caisse. Un montant de 469 millions de dollars, lié directement à la crise des hypothèques à risque aux États-Unis, a de fortes chances d’être perdu.

L’automne dernier, Henri-Paul Rousseau, le pdg de la Caisse, a affirmé que la dévaluation des placements problématiques aux États-Unis résulterait en une perte de seulement 500 millions de dollars.

Cette provision de 1,9 milliard de dollars a pour effet de réduire de 1,3 % la performance globale de la Caisse en 2007, qui affiche un rendement de 5,6 %. En 2006, elle avait enregistré + 14,6 %.

Le rendement de 2007 se situe «dans le premier décile de l’univers de comparaison que sont les grandes caisses de retraite du Canada», a indiqué l’institution. Quelque 8 milliards de dollars se sont ajoutés à l’actif net des déposants, qui atteint 155,5 milliards. L’actif total sous gestion de la Caisse s’établit à 258 milliards de dollars.

Sur une période de trois ans, le rendement annuel de la Caisse s’élève à + 11,5 %. Il se chiffre à + 12,4 % sur cinq ans.

Loading comments, please wait.