A A A
Affaires

Les placements responsables sont-ils de meilleurs investissements?

1er décembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Alors que l’investissement socialement responsable (ISR) est de plus en plus présent dans le monde de la finance, la question de savoir s’il permet de meilleurs rendements qu’un placement classique continue d’agiter les experts, rapporte Le Temps.

D’un côté, les adeptes d’une stratégie de placement durable « mettent l’accent sur le surcroît de rendement qu’apportent de tels investissements », mais de l’autre, « leurs détracteurs soutiennent exactement le contraire », relève le quotidien suisse.

En 2011, une étude de la Stockholm School of Economics compilant les résultats de 21 recherches scientifiques sur le rendement des portefeuilles ISR observait que ceux-ci dégageaient un rendement légèrement supérieur à celui de placements traditionnels similaires.

L’ISR A ÉVOLUÉ AU FIL DES ANS

Toutefois, elle concluait que les données disponibles ne permettaient pas de déterminer clairement s’ils représentaient forcément une meilleure affaire sur le plan financier.

Or, indique Le Temps, une analyse comparant les écarts de rendement actuels de différents fonds négociés en Bourse (FNB) composés d’investissements socialement responsables avec les indices de base correspondants fournit aujourd’hui des indications plus précises à cet égard.

L’approche d’investissement SR a fortement évolué au fil du temps, rappelle le journal. Ainsi, alors qu’à ses débuts certains types d’actifs en étaient obligatoirement exclus, le processus de sélection se fonde désormais sur des modèles d’évaluation à plusieurs niveaux.

Néanmoins, l’orientation fondamentale est demeurée la même, à savoir la prise en compte exclusive de titres d’entreprises se distinguant par leur action « durable » et « responsable », notamment sur le plan social. Tout cela à l’aide de critères dits ESG (environnement, social et gouvernance).

DES FRAIS SUR ENCOURS PEU ÉLEVÉS

Aujourd’hui, il est devenu plus simple qu’il y a quelques années d’investir en mettant l’accent sur les ISR, en particulier dans des FNB, note également Le Temps. Résultat, les montants qui y sont investis ont fortement progressé.

L’une des raisons pour expliquer cet engouement est leur bas coût : en effet, contrairement à une idée répandue, le total des frais sur encours de ce type de placement s’élève à seulement 0,5 % par an en moyenne, au détriment du rendement brut.

De plus, en comparant les rendements absolus et ajustés du risque inhérent aux investissements traditionnels et aux placements axés sur l’ISR, Le Temps indique que la critique portant sur les coûts plus élevés qu’engendrerait la procédure de sélection ISR ne tient pas.

« RENDEMENT LÉGÈREMENT SUPÉRIEUR »

Au contraire, affirme le journal suisse, « les résultats montrent que les investisseurs en FNB IRS obtiennent en permanence un rendement légèrement supérieur à celui des FNB traditionnels. Et cela non seulement sur une base absolue, mais aussi lorsque les rendements sont ajustés au risque ».

Malgré tout, nuance Le Temps, ces comparaisons « ne permettent pas de tirer de conclusions générales », notamment en raison de « leur dispersion relativement importante » dans le temps et de leurs « orientations géographiques différentes ».

Sa conclusion? « Les résultats indiquent cependant que mettre l’accent sur des entreprises qui, par rapport à leurs concurrentes, promeuvent une gestion particulièrement sociale et/ou écologique, est récompensé par un surcroît de rendement, même s’il est relativement modeste, dans toutes les régions de placement. »

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques