A A A
Argent

Les problèmes financiers nuisent souvent à la vie de couple

14 février 2014 | Rémi Maillard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Beaucoup de Canadiens jugent que les problèmes financiers peuvent perturber leur vie de couple, conclut un sondage Ipsos Reid publié hier.

Réalisé du 23 au 28 janvier pour le compte de la compagnie de syndics de faillite MNP, cette enquête d’opinion a été menée auprès de 1031 Canadiens mariés et conjoints de fait.

Selon Ipsos Reid, plus de 11 % des Canadiens cachent d’importants renseignements financiers à leur conjoint(e), tandis que 21 % affirment que leurs finances nuisent à leur relation.

L’âge et la situation de famille jouent aussi un rôle. Ainsi, 30 % des parents ressentent plus de pression sur leur relation de couple en raison de leur situation financière, contre 17 % des non-parents.

C’est dans la tranche des 18 à 34 ans qu’il y a le plus de personnes estimant que leur situation financière et leur endettement a des répercussions sur leur relation de couple.

Sans surprise, plus les revenus des couples mariés ou conjoints de fait sont faibles, plus ceux-ci estiment que leur situation d’endettement actuelle nuit à leur relation (26 % chez les couples ayant un revenu annuel inférieur à 40 000 $, contre seulement 10 % chez ceux dont le revenu est supérieur à 100 000 $).

Être honnête… et prudent

Par ailleurs, beaucoup connaissent mal les services qui pourraient les aider à résoudre des problèmes d’endettement et de crédit. En effet, trois Canadiens mariés ou conjoints de fait sur dix ne savent pas faire la distinction entre un conseiller en crédit, un conseiller en gestion de dette et un syndic de faillite, même si 71 % affirment savoir le faire.

Enfin, deux répondants sur cinq affirment qu’ils utilisent le crédit (cartes de crédit, marges de crédit, découverts, etc.) pour payer les dépenses courantes du foyer.

Grant Bazian, président de MNP, encourage les conjoints à être honnêtes au sujet de leurs dettes et à faire preuve de discernement en matière d’engagements financiers : « Les achats importants, comme une maison, peuvent être un symbole de statut social plutôt qu’une bonne décision financière. Et prendre une hypothèque peut nuire aux finances et à la relation du couple. Faites des achats réfléchis qui reflètent vos engagements en tant que couple, et votre relation subira beaucoup moins de pressions. »

En consultant un conseiller en services financiers ou un syndic, « les couples ont souvent plus d’options qu’ils ne le croient en ce qui concerne la gestion de la dette et l’épargne pour l’avenir », conclut-il.

À lire : Prêt au taux prescrits : des économies grâce à chéri(e)

Loading comments, please wait.