A A A
Assurance

Les produits d’assurance demeurent un mystère

18 septembre 2012 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Les consommateurs canadiens s’y connaissent peu en matière de produits d’assurance. Quant à leurs comportements face à la gestion de leurs finances personnelles, ils changent peu d’une année à l’autre.

Voilà ce que révèle le plus récent sondage de Mouvement Desjardins qui sert à bâtir son Indice Desjardins de finances personnelles, et qui en est à sa 2e édition.

L’élément qui ressort cette année, c’est la « grande méconnaissance » des produits d’assurance par un bon nombre de personnes et certaines lacunes au niveau comportemental. Les principaux résultats sont les suivants :

* Seulement 44 % des participant savent que ce ne sont pas toutes les polices d’assurance vie qui ont une valeur de rachat.

* Seulement 45 % savent que les dégâts d’eau sont les sinistres qui font le plus souvent l’objet de réclamations par les propriétaires.

* Près de 40 % de ceux qui détiennent une assurance habitation ne disposent d’absolument rien – ni liste, ni reçu d’achat, ni photo de leurs biens les plus importants –  leur permettant de faire une juste réclamation en cas de sinistre.

* 30 % ignorent si leur carte de crédit comprend une assurance voyage, alors que 32 % savent qu’elle en comprend une, mais n’en connaissent pas bien la couverture.

* Le tiers des personnes interrogées ont accepté ou refusé l’assurance hypothécaire offerte par l’institution prêteuse, sans évaluer au préalable leurs besoins ou comparer avec d’autres assurances disponibles sur le marché.

L’étude démontre que les jeunes de 18 à 24 ans présentent de « sévères lacunes » pour ce qui est de la connaissance des REER ou du rendement des actions, par exemple. Desjardins ne s’en étonne pas, car ces sujets sont encore loin des préoccupations des jeunes. « Toutefois, c’est un peu plus inquiétant de constater qu’ils n’ont pas les compétences de base pour comprendre les mécanismes de l’épargne et en profiter », note la coopérative, qui note que 70 % des jeunes ont échoué à une question simple concernant le risque associé à un placement.

Par ailleurs, plusieurs répondants au sondage, qui a conduit à l’élaboration de l’Indice Desjardins de finances personnelles, ont indiqué qu’ils n’avaient pas de plan d’épargne en vue de la retraite. Ce constat est « très inquiétant », surtout dans un contexte de vieillissement de la population.

Desjardins dit qu’il est normal que les connaissances et les comportements en matière de finances personnelles « évoluent lentement ». C’est pourquoi il invite les internautes à s’autoévaluer régulièrement en utilisant l’outil prévu à cet effet auquel on accède en cliquant ici.

« Les conseils qui y sont prodigués seront de nature à rehausser le niveau de connaissances », indique Desjardins.

Loading comments, please wait.