A A A
Argent

Les propriétaires sont moins endettés

23 mai 2013 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Bonne nouvelle : l’endettement diminue au pays. Selon un sondage de la Banque Manuvie, 55 % des propriétaires résidentiels ont déclaré être moins endettés qu’il y a 12 mois.

Cela représente une légère amélioration par rapport à août 2012, alors qu’ils étaient 50 % à déclarer avoir réduit leur dette comparativement à l’année précédente.

Seulement un propriétaire sur cinq (20 %) se dit plus endetté que l’an dernier, alors que 16 % d’entre eux ne rapportent aucun changement à leur niveau d’endettement et 9 % déclarent avoir remboursé leurs dettes au cours des 12 mois précédents.

Ce sont les propriétaires de l’Alberta qui réussissent le mieux à réduire leurs dettes (60 %), tandis qu’un peu moins de la moitié des propriétaires du Québec (49 %) y parviennent.

Fait intéressant à noter, parmi ceux qui pensent atteindre cet objectif, 66 % obtiennent, auprès d’un conseiller, des recommandations sur la gestion des dettes. D’ailleurs, les propriétaires qui reçoivent des conseils professionnels croient davantage qu’ils auront fini de rembourser leurs dettes à la retraite.

À propos de dettes et de retraite, huit propriétaires canadiens sur dix (80 %) qui sont endettés estiment qu’il est très important de ne plus avoir de créances à leur départ à la retraite. Cependant, moins de six propriétaires sur dix (56 %) pensent atteindre cet objectif.

Lorsqu’on leur demande ce qu’ils feront s’ils sont toujours endettés à l’âge prévu du départ à la retraite, les réponses sont partagées. Un peu moins de la moitié des propriétaires (47 %) ont indiqué qu’ils continueraient de travailler jusqu’à ce qu’ils aient remboursé leurs dettes, et un pourcentage semblable (45 %) prendraient leur retraite même s’ils étaient encore endettés.

Selon l’analyse régionale de Manuvie, les propriétaires du Québec (32 %) et des provinces atlantiques (40 %) étaient les moins susceptibles de continuer à travailler, alors que ceux de la Colombie-Britannique (60 %) étaient le plus enclins à le faire.

Autre fait à noter : à peine 13 % des personnes interrogées prévoient utiliser la valeur nette de leur propriété pour compléter leurs revenus de retraite. Quelque 4 % des participants prévoient emprunter en donnant leur propriété en garantie. Neuf pour cent envisagent de vendre leur maison et d’en acheter une plus petite, puis d’utiliser l’excédent de la vente comme revenu de retraite.

À lire :

Dette hypothécaire : les Québécois pourraient rembourser plus vite

Loading comments, please wait.