A A A
Immobilier

Les propriétés de luxe ont le vent en poupe au Québec

7 juillet 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Si les maisons de luxe font rêver beaucoup de Québécois, « force est d’admettre que le luxe n’a pas la même définition pour tous et que le prix varie selon les régions », observe JLR dans sa dernière étude sur la question.

Dans le but d’analyser ce marché bien spécifique, la firme a surtout ciblé la tranche supérieure (5 %) des ventes, c’est-à-dire les propriétés les plus dispendieuses. Toutefois, pour ne pas restreindre les résultats principalement à l’île de Montréal, où elles sont nettement plus chères, l’évolution des ventes a été observée dans chaque région métropolitaine de recensement (RMR).

DU CÔTÉ DES UNIFAMILIALES

Sans surprise, JLR note que la tranche des résidences de luxe a atteint un prix plus élevé dans la métropole que partout ailleurs en province. Ainsi, le prix médian des résidences les plus chères s’est élevé à 879 000 dollars dans la RMR de Montréal, soit un peu plus de trois fois le prix du marché, pour un total de 1 255 ventes.

Pour les régions d’Ottawa-Gatineau, de Québec et de Sherbrooke, le prix médian des propriétés de luxe en 2014 s’est situé entre 535 000 et 565 000 dollars.

Un montant aussi élevé à Sherbrooke que dans les deux autres régions peut surprendre étant donné que le prix de l’ensemble des unifamiliales dans la RMR de Sherbrooke est inférieur à ceux enregistrés à Ottawa-Gatineau et à Québec. Cela s’explique, entre autres, par les propriétés haut de gamme présentes en bordure de lac, particulièrement à Magog.

MONTRÉAL ET SAGUENAY À LA HAUSSE

À Saguenay et à Trois-Rivières, le prix de l’unifamiliale était plus faible, et cela s’est également reflété dans les résidences de luxe. Ainsi, le prix médian des résidences les plus chères y était respectivement de 398 750 et de 348 082 dollars.

Le marché de la résidence de luxe semble avoir particulièrement crû à Montréal et à Saguenay, où le prix médian des résidences les plus chères a augmenté respectivement de 34,2 % et de 34,0 % au cours des cinq dernières années.

Pour la même période sur l’ensemble du marché des unifamiliales, le prix médian à Montréal a augmenté de 21 % et à Saguenay de 25,9 %. Autrement dit, dans ces régions, les propriétés de luxe ont connu un meilleur essor que l’ensemble du marché.

LES COPROPRIÉTÉS DE LUXE

Depuis ces dernières années, le marché de la copropriété de luxe est en pleine expansion, relève JLR, qui souligne que les résultats d’Ottawa-Gatineau « démontrent particulièrement » une explosion de ce segment immobilier.

Ainsi, le prix médian du 5 % des propriétés les plus chères dans cette région a progressé de 113 % entre 2009 et 2014, passant de 270 363 à 576 767 dollars.

Selon JLR, cette augmentation spectaculaire s’explique en partie par l’élévation des prix, mais surtout par l’émergence d’un nouveau marché de copropriété plus luxueuse à Ottawa-Gatineau.

661 082 $ À MONTRÉAL

Du côté de la métropole, l’appréciation sur cinq ans a plutôt été de 30,6 %, avec un prix de 661 082 dollars en 2014. Quant à Québec, l’augmentation y a été de 39,9 % pour atteindre 533 053 dollars.

En conclusion, le secteur des demeures de luxe paraît suivre la même tendance que l’ensemble du marché, à l’exception de certaines régions où son expansion a été plus importante, spécialement dans la RMR d’Ottawa-Gatineau.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques