A A A
Épargne

Les Québécois épargnent de plus en plus tôt

30 septembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Une majorité de Québécois âgés de 18 à 44 ans s’appuient sur leur conseiller ou planificateur financier pour atteindre leur objectif d’épargne. Et ils le font de plus en plus tôt, selon un sondage SOM pour le compte de Question Retraite, en collaboration avec la Régie des rentes du Québec et Desjardins Gestion de patrimoine.

Selon le sondage, 59 % des répondants disent mettre de l’argent régulièrement de côté.

Encore plus intéressant, près de la moitié de la population ciblée (47 %) affirme s’informer principalement auprès de leur entourage (parents ou amis), mais 67 % d’entre eux déclarent consulter un conseiller ou un planificateur financier pour les aider à y voir plus clair dans leurs finances.

De plus, à la suite d’une rencontre avec un conseiller dans une institution financière, 83 % indiquent être plus sensibilisés à l’importance d’épargner.

Jocelyne Houle-LeSarge

« Nous constatons qu’une majorité de jeunes travailleurs utilisent les services d’un conseiller ou d’un planificateur financier et nous souhaitons que ce comportement s’intensifie et se généralise à l’échelle du Québec, peu importe les niveaux de revenus », indique par voie de communiqué Jocelyne Houle-LeSarge, présidente de Question Retraite et de l’IQPF.

Angela Iermieri, porte-parole et planificatrice financière chez Desjardins Gestion de patrimoine, croit que les ménages ont tout intérêt à profiter des services d’un conseiller.

« D’une part, les ménages qui obtiennent des conseils en gestion de patrimoine ont un taux d’épargne deux fois plus élevé que celui des ménages sans service de conseil, soit un taux de 8,6 % contre 4,3 %. D’autre part, pour une période de collaboration de 15 ans ou plus avec un conseiller, une étude du CIRANO réalisée en 2012 indique que le ménage qui profite de conseils a des actifs 2,73 fois plus élevé qu’un ménage comparable qui investit sans conseil en gestion de patrimoine », explique-t-elle par voie de communiqué.

DES ÉPARGNANTS PRÉVOYANTS

Le sondage révèle également que 65 % des jeunes travailleurs québécois sont en mesure de prévoir assez précisément leurs revenus pour les cinq prochaines années. L’épargne sert principalement à pallier des imprévus (32 %), acquérir une propriété (25 %) ou préparer la retraite (24 %). S’ils recevaient 5 000 $ de manière imprévue, les répondants consacreraient essentiellement ce montant au remboursement de leurs dettes (37 %) ou à l’épargne (27 %).

Ce sondage a été réalisé en prévision du Mois de la planification financière de la retraite, qui a lieu en octobre depuis maintenant 12 ans. Cette initiative de Question Retraite est une façon supplémentaire de sensibiliser les Québécois à l’importance de commencer tôt à épargner pour la retraite.

Le sondage a été effectué par téléphone du 28 avril au 26 mai 2015 auprès de 1 151 répondants âgés de 18 à 44 ans. Ces derniers sont en provenance des trois grandes régions géographiques du Québec : la grande région de Montréal, la grande région de Québec et ailleurs en province. La marge d’erreur maximale pour l’ensemble des répondants est de 3,1 %.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques