A A A
Argent

Les Québécois fortunés sont optimistes

4 octobre 2013 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Plus de la moitié des Québécois (56 %) dont les actifs se chiffrent à un million de dollars ou plus considèrent que leur sécurité financière est meilleure aujourd’hui qu’avant la crise de 2008. Au Canada, cette proportion est légèrement moindre, à 54 %. C’est ce qui ressort d’une étude de BMO Banque privée Harris, qui vise à déterminer les tendances en matière d’investissement de ces Québécois fortunés.

Près de la moitié de ces Québécois fortunés (48 %) sont optimistes quant à l’économie canadienne, une proportion semblable à celle du reste du Canada (46 %). Près des trois quarts (74 %) ont confiance en l’économie américaine, comparativement à 61 % des autres Canadiens.

Des ces Québécois fortunés, 86 % se disent heureux de leur stratégie d’épargne et d’investissement. Et les Québécois sont plus nombreux que les Canadiens à être optimistes quant aux rendements, au cours des cinq prochaines années, des titres boursiers (80 % contre 69 %) et de l’immobilier (52 % contre 39 %).

Ce sont les secteurs des services financiers (84 %), de l’énergie (82 %) et de la santé (80 %) qui ont la confiance des Québécois fortunés. Dans le reste du Canada, ces clients fortunés sont un peu moins optimistes quant à ces mêmes secteurs de l’économie (76 % pour les services financiers et 75 % pour l’énergie). L’industrie manufacturière semble boudée, tant au Québec qu’au Canada.

En ce qui concerne leurs dépenses, il semble que ces Québécois déboursent autant, et même plus qu’avant le ralentissement de 2008, notamment quant à leurs vacances et à leurs voyages (96 %), aux loisirs et divertissements (88 %), aux abonnements (84 %) et aux vêtements (80 %).

« Les Québécois fortunés ont rebondi financièrement, et ils ont confiance en l’avenir, explique Alan Desnoyers, vice-président et directeur général, Québec, BMO Banque privée Harris. Cet optimisme les incite à dépenser davantage et à investir de façon stratégique, ce qui viendra appuyer l’ensemble de l’économie. »

Loading comments, please wait.