A A A
Immobilier

Les Québécois ne sont pas pressés de rembourser leur hypothèque

22 juillet 2014 | Rémi Maillard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Le nombre de Canadiens qui profitent des faibles taux d’intérêts actuels pour rembourser plus vite leur prêt hypothécaire a fortement chuté au cours des derniers mois, selon un sondage national de la Banque CIBC publié hier.

En effet, si plus de la moitié (55 %) de ceux qui ont contracté un tel prêt déclarent prendre « une ou plusieurs mesures » pour s’en débarrasser plus rapidement, le même sondage effectué l’an dernier révélait qu’ils étaient alors plus de deux tiers (68 %) dans la même situation.

Au Québec, la situation est encore plus préoccupante, puisque seuls 48 % des Québécois se retrouvent dans ce cas, contre 65 % des Albertains et 61 % des Ontariens, par exemple. Seule la Colombie-Britannique (47 %) fait moins bien que la Belle Province.

Menée en ligne les 21 et 22 mai derniers auprès de 1 509  Canadiens choisis au hasard parmi les personnes inscrites au Forum Angus Reid, cette enquête d’opinion révèle aussi qu’en moyenne, ils s’attendent à avoir remboursé leur prêt hypothécaire à 58 ans.

Les Québécois optimistes

Il s’agit d’une légère augmentation comparativement aux résultats de 2013, qui indiquaient qu’ils s’attendaient à s’en libérer à 57 ans.

Curieusement, les Québécois se montrent plus optimistes que la moyenne nationale et prévoient en avoir fini dès l’âge de 56 ans.

Par ailleurs, le sondage montre que, parmi les Canadiens qui accélèrent le remboursement de leur prêt, 32 % ont augmenté la fréquence des versements (contre 42 % en 2013), 28 % ont accru leur montant (contre 30 %), tandis que 18 % ont effectué un paiement anticipé ou un paiement forfaitaire (contre 15 %).

« Depuis quelques années, les taux d’intérêt hypothécaires sont relativement stables et demeurent près des planchers historiques. Il se peut donc que certains n’accordent pas autant de priorité au remboursement de leur prêt hypothécaire que lorsque les taux sont plus élevés », relève CIBC.

« En règle générale, rembourser une dette le plus rapidement possible est une décision judicieuse. Toutefois, vous devez vous assurer de ne pas vous concentrer sur votre prêt hypothécaire au détriment de votre plan financier ou de ne pas vous endetter autrement », souligne l’institution financière.

Petits changements = grandes économies

En apportant « quelques petits changements », vos clients pourraient réduire considérablement le temps qu’il leur faudra pour rembourser leur prêt ainsi que le montant de l’intérêt à payer, affirme CIBC.

En voici quelques exemples, établis sur la base d’un prêt hypothécaire de 250 000 dollars (la moyenne canadienne), d’un taux d’intérêt de 4,99 %, d’une période d’amortissement de 25 ans et de versements mensuels de 1 453 dollars.

Augmenter le montant des versements. En ajoutant 147 dollars aux versements mensuels, ils pourraient rembourser leur prêt hypothécaire quatre ans plus tôt et économiser 34 362 dollars en intérêts.

Accélérer la fréquence des versements. La plupart des Canadiens touchent leur paie toutes les deux semaines. En faisant coïncider les versements hypothécaires et la paie, et en effectuant des versements accélérés de 726 dollars toutes les deux semaines, il est possible de rembourser ce prêt hypothécaire quatre ans plus tôt et de payer 30 970 dollars de moins en intérêts.

Par ailleurs, en augmentant aussi le montant des versements, comme dans l’exemple précédent (74 dollars de plus toutes les deux semaines), on peut le rembourser sept ans plus vite et réduire ainsi le montant de l’intérêt à payer de 57 182 dollars.

Effectuer des paiements anticipés ou des paiements forfaitaires. Peu de familles ont quelques milliers de dollars « en trop » sous la main. Cependant, utiliser son remboursement d’impôt annuel à l’égard de son prêt hypothécaire peut s’avérer avantageux.

Le remboursement d’impôt moyen des Canadiens est de 1 600 dollars. En appliquant chaque année cette somme au prêt hypothécaire, il est possible de réduire son amortissement de quatre ans et payer 33 103 dollars de moins en intérêts.

À noter que, combinées, ces trois stratégies permettraient de se libérer du prêt neuf ans plus tôt et d’économiser en tout 73 785 dollars.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques