A A A
Épargne

Les questions d’argent, un tabou pour les familles canadiennes

14 novembre 2013 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Une « proportion considérable » de parents canadiens croient que la manière dont ils gèrent leurs finances a un effet nuisible sur leurs enfants, indique un sondage du syndic de faillite MNP.

D’après l’étude, 56 % des familles canadiennes évitent de discuter de finances familiales avec leurs enfants, y compris de difficultés financières. De plus, les trois quarts des participants ont remarqué que leurs enfants ne posent pas de questions au sujet de l’argent et des finances de la famille.

« L’engagement précoce des jeunes s’avère essentiel pour s’assurer que de mauvaises habitudes en matière de gestion de l’argent ne se forment pas. Quand nous rencontrons des personnes dans le cadre du processus de faillite, il est souvent trop tard. Des compétences appropriées en matière de finances acquises à un jeune âge pourraient aider un nombre considérable de Canadiens à éviter des difficultés financières, y compris la faillite et l’insolvabilité, plus tard dans leur vie », a commenté MNP.

En effet, plus du tiers (36 %) des personnes interrogées ont le sentiment que leur situation financière actuelle a une incidence sur la perception qu’ont leurs enfants à l’égard de la gestion de l’argent. Pour près du quart des répondants (23 %), les questions qui leur sont posées par leurs enfants au sujet de l’argent et des finances de la famille sont une « source d’anxiété » pour eux.

« Notre objectif est de susciter un sentiment d’urgence chez les parents; nous les encourageons à s’attaquer à leurs difficultés financières et à discuter de gestion de l’argent avec leurs enfants pour s’assurer qu’ils acquièrent des connaissances financières pour la vie », conclut MNP.

Loading comments, please wait.