A A A

Les TI passent en tête dans l’industrie québécoise du capital de risque lors du 2e trimestre

15 août 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Selon une étude publiée mardi et réalisée pour le compte de Réseau Capital, l’activité québécoise dans l’industrie du capital de risque s’est haussée lors du second trimestre(T2)de 2007. Un total de 321 millions de dollars a été versé à 113 compagnies, soit 28 % de plus qu’à la même période l’an dernier. Le marché du capital de risque au Québec a connu une grande activité au deuxième trimestre grâce à des investissements de 149 millions de dollars, soit un gain de 10 % par rapport au même trimestre de 2006. En outre, plus d’entreprises québécoises ont reçu du capital de risque, passant de 50 compagnies il y a un an à 71 compagnies au T2 2007.

Les transactions au Québec ne se sont toutefois pas situées au-dessus de la moyenne ce trimestre. Le montant moyen investi par entreprise québécoise a atteint 2,1 millions de dollars au T2 de 2007 comparativement à 2,7 millions au T2 de 2006, et 3,2 millions au T1 de 2007.

Après avoir joué les seconds violons face aux secteurs des sciences de la vie durant l’année 2006 ainsi qu’au premier trimestre de 2007, les technologies de l’information(TI)ont repris la pole position au deuxième trimestre. Trente compagnies de TI ont bénéficié de 79 millions de dollars, soit 45 % de plus que les 54 millions de dollars investis dans 21 compagnies à la même période l’an dernier. Les TI ont donc attiré 53 % du capital investi total au Québec, une amélioration sur les 36 % de l’année 2006 au complet, et sur les 40 % de 2005.

L’activité dans les sciences de la vie au Québec a chuté entre avril et juin : 28 millions de dollars ont été investis dans 11 compagnies, soit un déclin de 51 % sur les 58 millions investis dans 10 compagnies à la même période en 2006.

En consommation, en fabrication et dans les autres secteurs traditionnels, l’activité a aussi augmenté : 24 compagnies ont reçu 26 millions de dollars au T2 de 2007, soit presque le triple des 9 millions de dollars investis dans 12 compagnies au T2 de 2006. Le secteur non technologique a absorbé 18 % du total du capital investi, en hausse sur le 14 % inscrit pour toute l’année 2006.

En termes réels, l’activité québécoise des entreprises en début de croissance s’est maintenue au T2 de 2007 : 51 millions de dollars ont été investis dans 25 compagnies, rejoignant les 52 millions de dollars de la même période en 2006. Cette tendance soutenue provient en grande partie des entreprises qui démarrent : un total de 10 ont acquis 32 millions de dollars, soit 89 % de plus d’avril à juin comparativement à la même période l’année précédente.

Mais, en termes relatifs, les transactions en début de croissance ont acquis une part comparativement petite de 34 % du capital total investi au Québec ce trimestre. Cette activité avait attiré 44 % du capital total pour toute l’année 2006 et 60 % pour le premier trimestre de 2007.

Charles Cazabon, président de Réseau Capital et vice-président, BDC – Capital de risque, considère que les nouvelles sont réjouissantes pour le Québec lors de ce deuxième trimestre. « Les compagnies basées au Québec ont reçu 149 millions de dollars ou 35 % du capital de risque investi au Canada, soit la plus grande proportion de tout l’investissement canadien. Ceci est dû principalement à l’activité des fonds fiscalisés, des fonds étrangers et des fonds privés. Il est important de noter le succès des fonds basés au Québec à lever 84 % des sommes levées au Canada au deuxième trimestre. » M. Cabazon souligne aussi que la Caisse de dépôt et placement et la FTQ ont oeuvré à attirer des gestionnaires étrangers au Québec et à soutenir des gestionnaires locaux pour qu’ils puissent investir dans des compagnies prometteuses, ce qui a permis à l’industrie du capital de risque au Québec de fleurir.

Quant au type d’investisseurs, les SCRT et autres fonds fiscalisés ont dominé l’activité de capital de risque au Québec au T2 de 2007, investissant 48 millions de dollars, soit 55 % de plus qu’il y a un an. Les fonds américains de capital de risque et autres investisseurs étrangers ont été classés deuxième grâce à un apport de 29 millions de dollars aux transactions québécoises entre avril et juin, soit 19 % du total.

Les fonds privés établis au Québec ont contribué 21 millions de dollars dans 19 compagnies au deuxième trimestre, un fléchissement de 25 % par rapport aux 28 millions de dollars investis au premier trimestre. Ils ont toutefois continué d’afficher une part traditionnellement plus grande de l’activité québécoise, avec 14 % du capital total investi.

L’activité de levée de fonds au Canada a continué de perdre des plumes entre avril et juin, les engagements de nouveaux capitaux destinés aux gestionnaires de fonds s’étant élevés à 272 millions de dollars, soit 42 % de moins que l’année précédente. L’activité québécoise de levée de fonds a eu une influence particulièrement marquante sur les tendances canadiennes.  Du total de fonds mobilisés à l’échelle du pays au T2 de 2007, 84 % a été affecté à des fonds de capital de risque établis au Québec, la plupart ayant fait l’objet de nouveaux engagements de la part des fonds privés.

Les données sur l’industrie du capital de risque au Québec ont été compilées par la firme Thomson Financial pour le compte de Réseau Capital.

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000