A A A
Épargne

Les trois quarts des Québécois ont un REER

7 décembre 2012 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Le nombre de Québécois qui détiennent un REER a bondi entre 2011 et 2012, révèle un sondage de BMO. En effet, 73 % des résidents admissibles de la Belle Province détiennent un REER cette année contre 61 % en 2011.

À l’échelle du pays, BMO note une augmentation des détenteurs de REER, mais la progression a été plus lente qu’au Québec.

Ces données plaisent à BMO : « Il est encourageant de constater qu’un nombre croissant de Canadiens saisissent l’importance du rôle qu’un REER peut jouer dans la préparation de la retraite », a commenté BMO.

Cependant, l’institution bancaire note que la plupart des Canadiens ne profitent pas de leur droit de cotisation annuel maximal. L’an dernier, la contribution moyenne s’est établie à 4670 $. Pour 2012, presque les trois quarts (72 %) des participants s’attendent à cotiser un montant égal ou supérieur à celui de l’an dernier.

Le sondage de BMO montre par ailleurs que :

  • Bon nombre de Canadiens craignent pour la santé de leur REER compte tenu de la volatilité qu’ont connue les marchés financiers au cours des deux dernières années. Plus des deux tiers (68 %) des personnes interrogées avouent être préoccupées par le rendement de leur épargne de retraite.
  • Les Canadiens connaissent mal les limites de cotisation à un REER. En effet, les résultats démontrent que seulement le tiers des répondants connaissent leur limite annuelle de contribution, tandis que plus de 60 % ne cotisent que rarement ou jamais le maximum admissible.

Seulement 13 % des Canadiens cotisent le maximum admissible chaque année. En 2011, les droits à cotisation à un REER inutilisés se chiffraient à environ 500 milliards de dollars. Ils devraient atteindre plus de mille milliards de dollars en 2018.

Loading comments, please wait.