A A A
Immobilier

Les ventes de maisons de luxe en forte hausse

2 septembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’engouement pour l’immobilier de luxe a littéralement explosé au Canada depuis le début de l’année. Et si la tendance est principalement observable à Toronto et Vancouver, Montréal n’est pas en reste.

Au sein des deux plus importants marchés d’habitations de prestige au pays, soit Toronto et Vancouver, les ventes de propriétés de trois millions de dollars ou plus ont enregistré des hausses respectives de 119 et 79 % entre le 1er janvier et le 31 juillet, selon des données de RE/MAX.

Cette forte croissance s’explique en partie par la hausse générale des prix au sein des deux marchés, particulièrement pour les maisons unifamiliales, et d’une demande accrue pour les habitations de luxe chez les acheteurs étrangers, qui proviennent essentiellement de Chine.

À Montréal, les ventes de propriétés de deux millions de dollars ou plus ont augmenté de 41 % comparativement à l’année dernière, tandis que la croissance est de 24 % pour les propriétés d’un million de dollars et plus.

Dans la métropole québécoise, le nombre de transactions de trois millions de dollars et plus a été insuffisant pour réaliser une comparaison par rapport à l’année dernière.

LES ACHETEURS ÉTRANGERS INTÉRESSÉS PAR MONTRÉAL

Bien que les acheteurs étrangers soient moins actifs dans le marché montréalais des habitations de prestige qu’à Toronto et Vancouver, les courtiers de RE/MAX rapportent une hausse importante du nombre d’acheteurs étrangers à Montréal au cours des sept premiers mois de 2015.

Son coût de la vie relativement abordable, combiné à la vigueur du yuan par rapport au dollar canadien au cours de cette période, ferait de la ville une proposition commerciale attrayante pour les acheteurs étrangers.

« À peu d’exception près, on peut dire que le marché canadien des habitations de prestige continue de surprendre année après année. Cela est particulièrement vrai pour la grande région de Montréal, où on constate que la maison de prestige demeure abordable et accessible aux Montréalais ou à ceux qui décident de venir s’y installer avec leur famille. Cette situation n’est pas étrangère au fait que Montréal prend de plus en plus le virage technologique et attire ainsi une main-d’œuvre qui peut se payer ce genre de maison », affirme Sylvain Dansereau, vice-président exécutif de RE/MAX Québec.

La tendance est plutôt à la baisse à Calgary, où les ventes de propriétés évaluées à plus d’un million de dollars ont affiché un recul de 28 % par rapport à la même période en 2014.

Selon RE/MAX, les tendances observées au sein du marché canadien des habitations de luxe pour les sept premiers mois de l’année devraient se maintenir jusqu’à la fin de 2015.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.