A A A
Immobilier

La vente de propriétés en hausse à Montréal

7 octobre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Quelque 2 665 ventes résidentielles ont été conclues dans la métropole au mois de septembre, soit une hausse de 5 % par rapport à la même période l’an passé, selon les données publiées hier par la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM).

Il s’agit de la septième augmentation mensuelle consécutive et du mois de septembre le plus actif depuis quatre ans, souligne la CIGM, qui a établi ces statistiques à partir de la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

Pour un deuxième mois d’affilée, le secteur de Laval s’est démarqué, affichant une croissance du nombre de transactions de 10 % par rapport à septembre 2014. L’île de Montréal a également connu une hausse importante d’activité (+8 %), tandis que les augmentations ont été plus modérées pour la Rive-Sud (+3 %), la Rive-Nord (+1 %) et Vaudreuil-Soulanges (+1 %).

LES PLEX ONT LA COTE

Toutes les catégories de propriétés ont participé à la croissance au mois de septembre. Ainsi, les ventes de plex (de deux à cinq logements) ont bondi de 23 % dans le secteur, après un mois d’août où l’augmentation avait été de 20 %.

De son côté, l’unifamiliale a enregistré 4 % plus de transactions qu’au cours de la même période en 2014, alors que les ventes de copropriétés ont augmenté de 1 %.

DES PRIX ORIENTÉS À LA HAUSSE

Pour l’ensemble de la région montréalaise, le prix médian des copropriétés a progressé de 6 % par rapport à septembre 2014, pour s’établir à 248 000 dollars. L’île de Montréal et la Rive-Sud ont même affiché une augmentation de 8 %.

Le prix médian des unifamiliales a quant à lui progressé de 3 %, pour se fixer à 292 500 dollars. Dans ce segment, l’île de Montréal s’est démarquée avec une croissance de 9 %.

Enfin, les plex se sont vendus à un prix médian de 420 000 dollars, soit 2 % de moins qu’à la même période l’an dernier.

PLUS DE TRANSACTIONS QU’EN 2014

« L’île de Montréal a poursuivi sa lancée en septembre. Les ventes y ont d’ailleurs augmenté tous les mois depuis février, de sorte qu’au cumul de l’année, le nombre de transactions est de 9 % plus élevé qu’à pareille date l’an passé », commente Sylvain Girard, vice-président du conseil d’administration de la CIGM.

Ce phénomène est surtout attribuable à l’essor des ventes d’unifamiliales, qui affichent une hausse de 17 %, explique-t-il, tout en soulignant que chacun des autres grands secteurs de la métropole affiche une croissance du nombre de ventes au cumul de l’année.

Au total, quelque 32 471 propriétés résidentielles étaient à vendre au 30 septembre, soit un nombre équivalent à celui observé en septembre 2014, selon la CIGM.

Les riches Chinois apprécient Montréal

Au cours des deux derniers mois, le quart des maisons de plus de deux millions de dollars vendues dans la région de Montréal ont été achetées par de riches investisseurs chinois, rapporte l’agence QMI.

« La diminution de la Bourse et notre dollar canadien qui a baissé par rapport à leur devise, ça aide à ce que les Chinois viennent ici, a expliqué à QMI l’agente immobilière Nathalie Maréchal. Le Québec, au point de vue des maisons de prestige, c’est moins cher pour eux que s’ils vont à Vancouver. »

La résidence la plus chère a été acquise à Senneville, dans l’ouest de l’île de Montréal, pour une somme de 10,2 millions de dollars.


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.