A A A
Justice

L’ex-conseiller Robert Morin devra s’expliquer en justice

11 octobre 2013 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


L’Autorité des marchés financiers (AMF) vient de déposer 167 chefs d’accusation à l’encontre de Robert Morin dans une affaire de placement illégal. Elle entend réclamer une peine d’emprisonnement ainsi que des amendes importantes.

L’AMF reproche à Robert Morin d’avoir pratiqué illégalement l’activité de courtier en valeurs, effectué des placements sans prospectus et fourni des informations fausses ou trompeuses lors d’opérations sur valeurs.

Elle l’accuse également d’avoir contrevenu à une décision du Bureau de décision et de révision rendue en mai 2011.

Auparavant inscrit dans plusieurs disciplines, Robert Morin aurait sollicité son ancienne clientèle afin qu’elle lui prête de l’argent pour financer divers projets. « Il aurait ainsi abusé de la confiance de ces investisseurs pour leur soutirer des montants d’argent importants », souligne l’AMF.

Une enquête de la Chambre de la sécurité financière, qui a radié cet individu de manière permanente en février2012, a démontré qu’il a détroussé ses clients d’une somme de près de 247 000 $ afin d’effectuer des placements qu’il n’était pas autorisé à offrir en vertu de sa certification. Il a de plus utilisé cet argent à des fins personnelles.

Robert Morin a également été reconnu coupable d’avoir fait souscrire à des clients des actions pour un montant de plus de 220 000 $ sans détenir le permis nécessaire. Il s’est aussi placé en situation de conflit d’intérêts et a fait défaut de subordonner son intérêt personnel à celui de plusieurs clients en leur vendant des actions qui lui appartenaient pour un prix qui avait lui-même déterminé.

Loading comments, please wait.