A A A

L’excédent commercial du Canada avec le monde s’est haussé en mars

12 mai 2008 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

En mars, l’excédent commercial du Canada avec les autres pays a augmenté pour un troisième mois consécutif, les exportations ayant augmenté et les importations ayant baissé. Cet excédent a grimpé à 5,5 milliards de dollars, son plus haut niveau depuis mai 2007, selon les données de Statistique Canada.

Les exportations du Canada vers les États-Unis se sont avancées pour un troisième mois d’affilée, puisque les importations canadiennes provenant de ce pays ont dégringolé. Ainsi, l’excédent commercial avec les États-Unis s’est hissé à 8,6 milliards de dollars, le plus haut niveau depuis avril 2006.

Comme les exportations ont grimpé plus vite que les importations, le déficit commercial du Canada avec les pays autres que les États-Unis a glissé pour un troisième mois de suite, atteignant 3,1 milliards de dollars. L’augmentation des exportations vers le Mexique et la Norvège a contribué à cette hausse mensuelle.

En mars, les exportations du Canada ont crû (+1,6 %), surtout grâce aux produits énergétiques, pour se fixer à 40,1 milliards de dollars. Dans l’ensemble, la hausse des exportations provenait essentiellement de la montée des prix, les volumes ayant reculé de façon générale. Les exportations de produits énergétiques ont dépassé les 10 milliards de dollars pour la première fois, gagnant 6,6 %. La hausse des prix du gaz naturel et du pétrole brut sont responsables de cette croissance, tout comme la forte hausse du volume des exportations de dérivés du pétrole et du charbon.

Les autres biens de consommation ont crû de 13,4 %, contribuant aussi, mais dans une moindre mesure, à la hausse des exportations.

Les secteurs des produits de l’automobile et des produits forestiers sont les seuls dont les exportations ont diminué en mars. Après seulement cinq hausses dans les 15 derniers mois, les exportations de produits de l’automobile se sont repliées jusqu’à 5,3 milliards de dollars. Touchées par les perturbations du marché du travail aux États-Unis, les exportations de camions et d’autres véhicules automobiles ont dégringolé de 29,9 % pour atteindre leur plus bas niveau en près de vingt ans.

La demande provenant des États-Unis étant restée faible, les exportations de produits forestiers ont poursuivi leur chute (-7,7 %), le marché américain de l’habitation ayant continué à se dégrader.

Quant aux importations, elles ont régressé de 0,3 % pour se chiffrer à 34,5 milliards de dollars en mars, à cause de la baisse généralisée dans tous les secteurs, sauf l’énergie. Dans l’ensemble, la baisse des volumes à l’importation a dépassé la hausse des prix. Les importations de produits de l’automobile ont subi le plus fort repli mensuel depuis août 2003 en chutant de 11,4 %.

Le secteur des produits énergétiques, seul secteur en hausse, a connu une montée fulgurante de 17,6 % en mars, surtout grâce au fort gain des volumes de gaz naturel. Les importations de pétrole brut, elles, ont atteint un autre sommet en avançant de 8,5 %, grâce à la combinaison des hausses de volumes et de prix. Depuis 2003, ce sont les prix qui entraînent surtout la hausse des importations de pétrole brut, tandis que les volumes restent plutôt stables.

Loading comments, please wait.