A A A

Blogues

/

L’excès de confiance peut nuire au rendement de l’investisseur

26 avril 2013

D’après Jason Zweig, « l’une des caractéristiques les plus fondamentales de la nature humaine est de se croire toujours meilleur qu’on ne l’est en réalité. »¹

L’un des grands avantages de cet excès de confiance est qu’il permet de prendre des risques et de faire avancer l’économie. Cette confiance exagérée en soi est source de motivation intérieure.

Selon Jason Zweig, « l’association optimisme et confiance en soi excessive est l’une des principales forces qui maintient le capitalisme en vie. »

Les entrepreneurs à succès sont plus enthousiastes quant à leur entreprise que les autres. Cette grande confiance les stimule et leur procure l’énergie pour convaincre les autres actionnaires, financiers et employés de progresser positivement. Heureusement qu’il y a des partenaires qui interviennent pour modérer leur grande ardeur, à l’occasion.

Toutefois, cet excès de confiance en soi est malheureusement un mauvais comportement en gestion des placements.

Les marchés financiers regorgent de facteurs totalement incertains que personne ne peut contrôler.

Combien de fois avez-vous entendu un investisseur clamer avec conviction « je suis certain que ce placement sera un bon coup »?

Certains dangers de l’optimisme extrême

  • Prendre des risques démesurés en surexposant un titre par rapport aux autres : l’investisseur trop confiant ne se donne pas la peine de prévoir un plan, en cas d’échec. Quand il échoue, il a tendance au découragement, ce qui accroît les risques de pertes;
  • Trop acheter ce qui est familier : trop de personnes surinvestissent dans le capital-actions de l’entreprise où ils travaillent ou dans un titre trop connu du public;
  • Le jugement est entamé, car les émotions l’emportent sur la raison;
  • L’intuition éclipse l’observation des faits réels, ce qui nuit au discernement.

Excès de confiance plus élevé chez les hommes que chez les femmes

Les hommes s’intéressent plus à la Bourse que les femmes, et c’est le cas dans tous les pays. L’économie et la finance ont toujours été un sujet d’abord masculin.

Toutefois, plusieurs études ont démontré que les femmes qui investissent à la Bourse réalisent en moyenne 2 % de plus de rendement que les hommes. Cet écart est attribuable à l’excès de confiance remarqué chez les hommes.

Quand ils discutent entre amis, les hommes ont tendance à ne pas parler de leurs pertes financières, mais ils affichent fièrement leurs bonnes prises, et ils en parlent avec émotion et fébrilité. Parallèlement, les femmes ont tendance à être plus « cartésiennes » et posées sur ces mêmes sujets.


William-André Nadeau est chroniqueur financier. Il publie toutes les deux semaines un billet traitant des marchés, de placements et de gestion.


[1] Citation tirée du livre Gagner en bourse grâce à la neuroéconomie, par Jason Zweig

Les opinions exprimées dans les blogues n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Conseiller.ca.
  • envoyer
  • imprimer
Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000