A A A
Justice

Libor : deux courtiers reconnus coupables

9 novembre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les premières condamnations américaines liées aux causes de la crise financière de 2008 ont été prononcées il y a quelques jours à New York.

Le 5 novembre dernier, la Cour fédérale américaine a déclaré deux anciens employés de banque coupables de fraude pour avoir tenté de manipuler le taux interbancaire Libor sur la parité dollar/yen.

Tous deux de nationalité britannique, Anthony Allen et Anthony Conti connaîtront leur peine en mars prochain. Ils encourent jusqu’à 10 ans de prison.

Les deux conseillers travaillaient pour une succursale new-yorkaise de la banque néerlandaise Rabobank lorsqu’ils usaient de leurs combines, qui ont eu cours entre 2006 et 2011, rapporte l’Agence France-Presse (AFP).

Ces activités ont permis aux courtiers de s’enrichir, affirme le Département américain de la justice.

« [Anthony] Allen, qui était le chef de Rabobank pour le marché des liquidités, a mis en place un système par le biais duquel des employés de Rabobank qui agissaient sur des produits dérivés assis sur le Libor pouvaient influencer d’autres employés qui soumettaient leurs propositions pour la fixation du Libor auprès de l’association des banquiers britanniques (BBA) », a souligné le Département, se basant sur des preuves établies pendant le procès.

DAVANTAGE DE PROCÈS EN SOL AMÉRICAIN

L’un des avocats des prévenus a l’intention de contester cette décision. Une audience est prévue d’ici la fin du mois. « Si le juge nous donne raison, on devrait repartir de zéro : nouvelle mise en examen, nouveau procès », a affirmé Me Aaron Williamson.

Il s’agit des premières condamnations prononcées aux États-Unis relativement à des activités à l’origine de la crise financière de 2008, selon l’AFP.

Et le Département de la justice ne compte pas s’arrêter là. Des équipes préparent actuellement des dossiers de preuve dans le but de traduire en cour d’autres banquiers et courtiers soupçonnés d’avoir manipulé des taux de devises.

Ces stratagèmes ont coûté jusqu’ici des milliards de dollars d’amendes à des grandes banques, et ce, en Europe comme aux États-Unis.

Dans l’affaire des deux courtiers reconnus coupables, Rabobank a dû verser, en octobre 2013, 844 M $US aux autorités financières de plusieurs pays, dont les trois quarts aux États-Unis.

Qu’est-ce que le Libor?

Le London InterBank Offered Rates (Libor) est un taux d’intérêt interbancaire à court terme qui permet à de grandes banques du monde entier de s’accorder mutuellement des prêts non garantis sur le marché londonien. Ces activités ont une incidence sur une vaste quantité de produits financiers, dont certains prêts consentis aux ménages et aux entreprises.

Il existe des taux Libor pour 10 devises différentes, dont le dollar canadien, et 15 durées, variant d’un jour (overnight) à 12 mois. Au total, il existe ainsi 150 taux Libor différents (10 x 15).

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques