A A A
Crayon

Littératie financière : les Québécois sont plutôt contents d’eux

29 octobre 2014 | Rémi Maillard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’écrasante majorité des Québécois (91 %), et des Canadiens en général (94 %), s’accordent au moins la note de passage en ce qui concerne leurs connaissances en finances personnelles, selon un sondage annuel de BMO publié hier à l’occasion du Mois de la littératie financière.

Dans la Belle Province, 60 % des sondés s’octroient même la cote « A » ou « B », tandis que 26 % estiment qu’ils méritent un « C » et 6 %, un « D ». Seuls 4 % ont la franchise d’admettre qu’ils n’y connaissent rien.

Des plans de retraite insuffisants

L’enquête révèle cependant que plus d’un répondant sur deux (56 %) dans l’ensemble du Canada (47 % au Québec) estime qu’un cours d’initiation aux fondements des finances personnelles lui serait profitable.

Globalement, 56 % des sondés jugent s’y connaître en matière d’investissement et 10 % affirment même avoir de « très bonnes connaissances » dans ce domaine. En outre, 88 % d’entre eux disent maîtriser la gestion du budget de leur ménage et de leur dette.

Par ailleurs, bien qu’étant d’avis qu’ils auront besoin de près d’un million de dollars (965 913 $) pour pouvoir prendre leur retraite, moins de la moitié des ménages canadiens (43 %) disposent d’un plan financier susceptible de les aider à atteindre cet objectif.

Les banques, meilleure source d’information

Le sondage indique également que les institutions financières demeurent les meilleures sources d’information sur les questions de finances personnelles pour 80 % des répondants, qui estiment qu’elles offrent de bons conseils.

Enfin, près de la moitié (49 %) d’entre eux pensent que les médias constituent une autre source d’information fiable, suivis par les organes gouvernementaux (45 %) et le système d’éducation (38 %).

« Compte tenu de la multitude des questions financières qui touchent la vie des Canadiens, il est impératif que chacun atteigne un niveau de littératie financière adéquat, c’est-à-dire qu’il acquière les connaissances, les compétences et la confiance qu’il faut pour pouvoir prendre des décisions responsables », souligne Jacques Ménard, président de BMO Groupe financier, Québec.

L’ABC lance un programme destiné aux aînés

À la veille du Mois de la littératie financière, en novembre, l’Association des banquiers canadiens (ABC) a lancé hier Votre Argent-Aînés, un nouveau programme de littératie financière destiné à l’âge d’or partout au pays.

Conçu en partenariat avec l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, celui-ci sera présenté gratuitement par des banquiers qui offrent leur temps et leur expertise dans les collectivités.
Il comportera, au choix, l’un ou l’autre des trois modules suivants :

• Exploitation financière : se protéger et protéger son argent;
• Fraude financière : en reconnaître les signes et prendre le contrôle;
• Gestion de l’argent : profiter pleinement de la retraite.

Selon l’ABC, l’objectif est de « répondre aux nombreux aînés qui se posent, entre autres, ces questions : Comment garantir que j’aurai assez d’argent pour la durée de ma retraite? Comment mes finances seront-elles gérées si mes capacités physiques ou cognitives baissent? Quelles sont les escroqueries qui nécessitent une vigilance particulière? »


La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.