A A A
Achats/ventes au detail

Louer pour accéder à la propriété, c’est possible!

13 avril 2015 | Pierre-Luc Trudel | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Le rêve de devenir propriétaire semble de plus en plus difficile à réaliser pour les premiers acheteurs qui doivent composer avec le prix élevé des propriétés et le resserrement des conditions de crédit hypothécaire. Et si louer dans le but d’acheter était la solution?

« Dans tous nos nouveaux projets, plusieurs unités sont réservées pour notre programme Louez pour acheter », explique Annie Dufresne, directrice vente et marketing chez ELAD Canada.

Aux Condos Nordelec, dans Griffintown, la formule Louez pour acheter, plus connue sous le nom de location avec option d’achat, permet aux acheteurs potentiels de louer un loft pendant un an, puis d’acheter la propriété en utilisant les loyers payés pendant cette période comme mise de fonds. Les locataires n’ont pas l’obligation d’acheter la propriété à la fin de l’année, tandis que les frais de copropriétés ainsi que les taxes municipales et scolaires sont inclus dans le loyer.

« C’est une formule très populaire auprès des jeunes, qui n’ont pas nécessairement encore bâti leur dossier de crédit ou accumuler suffisamment de capital. Ça leur permet à la fois d’économiser et de profiter immédiatement de leur condo », soutient Mme Dufresne.

Un marché d’acheteurs

Si la location avec option d’achat est loin d’être une invention récente, elle semble plus populaire que jamais en raison de la situation actuelle du marché immobilier. Autrefois confinée aux transactions entre particuliers, elle est aujourd’hui mise de l’avant par de nombreux promoteurs de copropriétés qui peinent à vendre leurs unités dans un marché près de la saturation. À Montréal, il y aurait actuellement un acheteur pour 20 condos à vendre.

« Les promoteurs n’ont pas le choix d’offrir ce genre de formules s’ils veulent vendre leurs condos », affirme Sylvain B. Tremblay, vice-président, Gestion privée chez Optimum Gestion de placements. Il voit plusieurs avantages à ce type de transaction pour les acheteurs. « Avec le niveau actuel des taux d’intérêt, la difficulté pour les premiers acheteurs n’est pas d’assumer les paiements hypothécaires, mais d’accumuler une mise de fonds suffisante. Ce n’est pas facile d’amasser 20 % en capital avec le prix actuel des propriétés », soutient-il.

Selon lui, il s’agit d’un bon compromis, voire de la clé de l’accessibilité à la propriété pour certaines personnes qui ne pourraient se qualifier pour un prêt hypothécaire traditionnel. À condition évidemment que le loyer demandé lors de la période de location soit raisonnable. « Selon le prix du loyer, il peut être plus avantageux d’accumuler son argent pour une mise de fonds. Vaut mieux bien faire ses calculs », prévient Suzanne Durette, conseillère financière chez Investia Services Financiers.

Aux Condos Nordelec, il est possible d’adhérer au programme Louez pour acheter à partir de 1090 $ par mois. « Le coût du loyer est semblable aux versements hypothécaires que les acheteurs auront à payer s’ils font l’acquisition de la propriété », assure Mme Dufresne.

Selon Suzanne Durette, la location avec option d’achat peut aussi être intéressante pour les gens qui veulent s’assurer que la propriété et le quartier convoités répondent à leurs attentes. Une façon d’essayer avant d’acheter en somme.

Vérification et réflexion

Comme il n’existe pas de contrat type pour les transactions de location avec option d’achat, les acheteurs potentiels doivent agir avec la plus grande prudence. « Les gens doivent faire leurs devoirs et idéalement faire lire le contrat par un avocat », recommande Sylvain B. Tremblay. « Il faut savoir exactement à quoi on s’engage et s’assurer que le contrat ne contient pas de pièges ou de frais cachés », ajoute Suzanne Durette.

Mais malgré les nombreux avantages de la location avec option d’achat, la conseillère recommande aux jeunes acheteurs d’avoir une réflexion approfondie avant de faire le grand saut. « Le choix de devenir propriétaire est souvent beaucoup plus émotif que rationnel. Rendre plus simple l’accession à la propriété est plutôt une bonne chose, mais cela ne doit pas éclipser le fait que les gens ont tendance à sous-estimer les frais encourus par l’achat d’une maison, ce qui peut mener à l’endettement », affirme Mme Durette, qui ajoute que, selon leur profil, certaines personnes auraient probablement avantage à demeurer locataires. « Payer un loyer ne signifie pas nécessairement qu’on jette son argent par les fenêtres. C’est un mythe qui a la vie dure. »

La rédaction vous recommande : 

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques