A A A
Économie

Majorité libérale : les impacts pour vos clients

21 octobre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’électorat canadien voulait du changement, et il l’a fait savoir très clairement lundi, en procurant 184 sièges sur une possibilité de 338 au Parti libéral de Justin Trudeau. Cette nette majorité au Parlement signifie plusieurs changements pour le portefeuille de vos clients. Voici un résumé préparé par nos collègues du magazine MoneySense.

• LE PLAFOND DU CELI REDESCEND

L’une des promesses les moins populaires de Justin Trudeau concerne le plafond de cotisation au CELI, qui repassera vraisemblablement de 10 000 $ à 5 500 $ par année. À long terme, ce changement pourrait coûter des dizaines de milliers de dollars aux épargnants à long terme, comme le démontre une récente analyse de MoneySense. Vos clients les mieux nantis seront certainement ceux qui seront les plus touchés par ce changement de garde à la Chambre des communes. Ceux-ci pourraient perdre jusqu’à 53 000 $ sur une période de 30 ans, si l’on tient compte d’un rendement annuel de 5 % jumelé à un taux d’imposition combiné (provincial + fédéral) de 50 %, tel qu’attendu sous le règne libéral.

• IMPÔTS PLUS ÉLEVÉS POUR LES UNS, EN BAISSE POUR LES AUTRES

La plateforme électorale libérale était fondée autour d’une promesse centrale : celle d’abaisser les impôts de la classe de moyenne. Ainsi, le taux d’imposition passera de 22 % à 20,5 % pour les Canadiens qui gagnent annuellement entre 44 700 $ et 89 401 $, ce qui augure des économies de 670 $ par année (ou 1 340 $ par ménages). L’impôt des mieux nantis sera toutefois augmenté, alors qu’une nouvelle tranche d’imposition de 33 % sera mise en place pour les travailleurs qui gagnent 200 000 $ et plus par année.

• MOINS DE COTISATIONS À L’ASSURANCE-EMPLOI

Les primes d’assurance-emploi déduites sur la paie des travailleurs devraient baisser à 1,65 $ par tranche de 100 $ sous le nouveau gouvernement libéral.

• LA PUGE REMPLACÉE

Le nouveau premier ministre a promis de mettre la Prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE) au rancart. Celle-ci serait toutefois remplacée par une nouvelle allocation canadienne mensuelle pour enfants, non imposable, qui pourrait rapporter jusqu’à 2 500 $ annuellement à une famille de quatre personnes. Justin Trudeau a également indiqué qu’il comptait annuler les crédits d’impôt – pouvant aller jusqu’à 2 000 $ – découlant du fractionnement du revenu pour les couples ayant des enfants de moins de 18 ans.

• ASSOUPLISSEMENT DU RAP

Le nouveau gouvernement a exprimé le souhait, durant la campagne, d’assouplir les règles entourant le Régime d’accès à la propriété (RAP). Concrètement, les Libéraux veulent faire en sorte qu’un plus grand nombre de Canadiens puissent retirer les fonds de leur REER lors d’un imprévu, tel qu’un divorce par exemple. Ces assouplissements permettraient ainsi aux épargnants de « rapper » lors de l’achat d’une seconde résidence, ce qui n’est actuellement pas permis.

• RÉFORME DE L’ARC

Parmi les changements proposés par les Libéraux concernant l’Agence du revenu du Canada, notons une vague promesse qui obligerait l’agence à contacter les contribuables qui ont droit à des déductions d’impôt, mais qui ne les réclament pas.

• RETOUR DE L’ÂGE DE LA RETRAITE À 65 ANS

L’âge auquel les contribuables ont droit de réclamer le Supplément de revenu garanti et la pension de la Sécurité de la vieillesse, qui passait graduellement à 67 ans sous le règne des conservateurs, sera ramené à 65 ans par les Libéraux. Justin Trudeau a toutefois promis de conserver le fractionnement de revenu pour les personnes âgées.

Cet article est d’abord paru sur le site MoneySense.ca.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques