A A A
Affaires

Manuvie envisage de cesser ses activités aux États-Unis

17 juillet 2017 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

maison-manuvie-900-de-maisonneuve-001Alors que Manuvie se prépare à accueillir son nouveau PDG dès cet automne, des rapports ont révélé que la compagnie flirte avec l’idée de cesser ses activités aux États-Unis, rapporte le Globe and Mail.

Le Wall Street Journal publiait jeudi dernier que le plus grand assureur du Canada avait embauché des banquiers d’investissement de Morgan Stanley pour évaluer les options stratégiques pour sa division John Hancock Financial Services basée à Boston, ajoutant que Manuvie envisageait initialement une offre publique ou un autre type de restructuration d’entreprise. Le rapport citait des sources au courant de ces plans.

Une telle action remodèlerait considérablement l’assureur. La division des États-Unis a représenté un peu plus du tiers des bénéfices de Manuvie l’année dernière et 56 % de ses actifs sous gestion et administration. Un tel accord pourrait permettre au nouveau président et chef de la direction, Roy Gori, de se concentrer sur les activités de l’entreprise en Asie, qui ont été identifiées comme un vecteur de profit important pour Manuvie dans les années à venir. M. Gori était autrefois le chef de la division asiatique.

L’ARRIVÉE DE JOHN HANCOCK

En 2003, lorsque Manuvie a acheté John Hancock pour 15 milliards de dollars, il s’agissait d’une véritable transformation qui a doublé la taille de l’assureur. Après avoir perdu l’acquisition de Canada Life Financial Corporation aux mains de son concurrent Great-West Lifeco, le PDG Dominic D’Alessandro, très axé sur la croissance, a indiqué que l’ajout de John Hancock aiderait Manuvie à revenir au « sommet de notre marché local ». Manuvie l’a présenté comme la plus grande transaction transfrontalière jamais effectuée au Canada à cette époque.

Mais dans les années suivant l’accord, les analystes et les investisseurs ont débattu de l’idée de vendre ou de céder John Hancock à plusieurs reprises. Manuvie a été fortement touchée par la crise financière et a dû mobiliser des milliards de dollars pour augmenter son bilan. La société a réduit de moitié son dividende pour protéger sa base de capital et a pris des mesures pour couvrir son exposition boursière. Les idées énoncées pour protéger le capital comprenaient la vente de John Hancock et de la Banque Manuvie. Une décennie plus tard, Manuvie détient toujours les deux.

Le PDG sortant de Manuvie, Donald Guloien, un vétéran de l’entreprise présent depuis 36 ans, a défendu l’achat de John Hancock auparavant. Et en 2011, lorsque des questions ont été émises sur la façon dont Manuvie envisageait de faire bouger John Hancock, M. Guloien a répondu que la société chercherait toujours à générer de la valeur pour les actionnaires. La direction était fière de la performance de l’entreprise. Manuvie a ainsi construit et développé, au cours des dernières années, ses activités de gestion de patrimoine et de gestion d’actifs aux États-Unis.

L’ASIE, UNE PRIORITÉ ABSOLUE

Dernièrement, les entreprises américaines ont fait moins d’éloges et Manuvie s’est concentrée sur la vente de sociétés héritées qui entravent la croissance de l’entreprise. Lors d’une récente journée d’investisseurs à Hong Kong, la direction de Manuvie a déclaré que l’intérêt pour son activité de rentes variables aux États-Unis s’améliore, mais les offres actuelles n’entrent pas à des prix qui créeraient de la valeur.

M. Guloien a affirmé lors d’une récente entrevue que l’Asie était devenue une priorité absolue. La région représente maintenant environ 70 % des ventes mondiales d’assurance de Manuvie, le Canada et les États-Unis ajoutant environ 15 %.

« Les États-Unis sont toujours le plus grand marché de richesse au monde, et nous nous développons très bien aux États-Unis. Mais la croissance en Asie est beaucoup plus rapide, a précisé M. Guloien. Vous commencez par une croissance du PIB, par exemple de 7 %, et cela signifie que la classe moyenne devrait augmenter à 15 %. Et la richesse de la classe moyenne se développe plus rapidement que cela. C’est donc considérable et on ne voit pas cela en Amérique du Nord. On ne voit pas cela non plus en Europe occidentale ou en Amérique latine ».

La rédaction vous recommande :

Chargement des commentaires en cours, veuillez patienter.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000