A A A
Revue de presse

Manuvie supprime une centaine de postes à Montréal

1er octobre 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Depuis l’acquisition des activités canadiennes de Standard Life, la Financière Manuvie a mis à pied plus d’une centaine d’employés à Montréal, rapporte la chaîne d’informations économiques Argent.

En 2014, la société ontarienne avait déboursé quelque quatre milliards de dollars pour mettre la main sur la filiale du géant écossais. L’un des principaux actionnaires de Manuvie, la Caisse de dépôt et placement du Québec, lui a également apporté 500 millions dans le cadre de cette transaction, portant sa participation totale à un milliard.

Ces suppressions de postes « sont liées à l’intégration de Standard Life au sein de Manuvie. Nous n’avons jamais caché qu’il y aurait des pertes d’emploi », a déclaré à Argent Anne-Julie Gratton, porte-parole de l’institution financière.

UNE TRANSITION DE 24 MOIS

« On prévoit d’autres pertes d’emplois, car l’intégration vient de commencer. Le nombre [de départs] va dépendre de notre taux de croissance. Mais la majorité des emplois au Québec seront maintenus », a-t-elle ajouté.

Même si la direction de la société a refusé de préciser quels secteurs étaient affectés par la centaine de licenciements, la chaîne d’information indique que ceux-ci ont eu lieu « au niveau corporatif et dans le domaine de l’investissement, dans les obligations et les actions canadiennes, entre autres ».

Avec pour conséquence que « certaines tâches sont désormais accomplies à partir de Toronto et de Boston », d’après ses informateurs.

« La transition Manuvie-Standard Life va prendre jusqu’à 24 mois. Donc, il reste probablement d’autres coupures à faire », a par ailleurs indiqué à Argent « une source proche du dossier » qui a requis l’anonymat.

« DOMMAGE DE PERDRE UNE EXPERTISE »

Interrogé par Argent, Michel Nadeau, directeur général de l’Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques, a dit regretter ces compressions de personnel.

« Je trouve ça dommage pour Montréal qu’on perde une expertise en gestion de portefeuille. La direction et la Caisse de dépôt auraient pu sauver l’équipe de Montréal. La rendre complémentaire avec celle de Toronto en développant une expertise dans les petites capitalisations, par exemple », a-t-il déclaré.

Au moment de la transaction, Standard Life employait environ 2 000 personnes au Canada, dont 1 700 à Montréal, tandis que Manuvie avait 11 350 employés, dont près de 900 au Québec.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques