A A A
Économie

Meilleur accès à la propriété au Québec

2 septembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

En dépit d’un marché jugé stagnant, l’accès à la propriété s’est améliorée au Québec au second trimestre, et ce, dans tous les segments, selon le rapport Tendances immobilières et accessibilité à la propriété de Recherche économique RBC.

La chute de l’activité sur le marché de l’habitation au Québec enregistrée depuis le début de 2012 s’est terminée au cours du trimestre, le marché de la revente s’étant légèrement apprécié de 0,8 % par rapport au premier trimestre. On vit ainsi la fin d’une série descendante ayant vu six des huit trimestres précédents s’inscrire à la baisse.

Rappelons que la mesure d’accessibilité à la propriété utilisée par RBC équivaut à la part du revenu avant impôts qu’un ménage doit consacrer aux coûts de propriété d’une résidence à la valeur du marché au Québec. Plus la mesure est élevée, plus il en coûte cher pour acquérir et détenir une propriété. Ainsi, une mesure d’accessibilité de 50 % signifie que les coûts de propriété, y compris les versements hypothécaires, les services publics et les impôts fonciers, absorbent 50 % du revenu mensuel avant impôts d’un ménage type.

La mesure de RBC vise à évaluer les coûts de propriété associés à l’achat d’une maison selon la valeur actuelle sur le marché. Elle ne représente pas les coûts réels payés par les propriétaires actuels, la grande majorité d’entre eux ayant acheté leur maison dans le passé selon des valeurs considérablement différentes de celles des derniers mois.

Une diminution de la mesure signifie une amélioration de l’accessibilité. Ladite mesure a fléchi de 1,1 % pour atteindre 33,4 % pour les bungalows individuels, de 1,8 % pour atteindre 41,9 % pour les maisons à deux étages et de 0,9 % pour atteindre 25,7 % pour les appartements en copropriété.

Focus sur Montréal

Le nombre de maisons vendues dans la région métropolitaine au second trimestre a été le moins élevé pour cette période de l’année depuis 2000, à plus de 17 % sous la moyenne sur dix ans. Le rapport révèle que cette faible demande coïncidait avec une augmentation du nombre de maisons à vendre, notamment les appartements en copropriété.

Les mesures d’accessibilité de RBC ont sensiblement chuté pour tous les types d’habitation, dans une proportion allant de 1,4 % à 2,6 %.

Aperçu des grandes villes

La mesure d’accessibilité à la propriété pour le bungalow individuel de référence se détaille comme suit :

  • 81,8 % à Vancouver (- 0,3 %)
  • 55,9 % à Toronto (- 0,2 %)
  • 37,3 % à Montréal (-1,6 %)
  • 36 % à Ottawa (-0,4 %)
  • 33,6 % à Calgary (-0,8 %)
  • 31,7 % à Edmonton (-1,1 %)

Perspective pancanadienne

Colombie-Britannique : l’accessibilité à la propriété s’est améliorée dans toutes les catégories. Les maisons à deux étages et les copropriétés ont atteint leur meilleur niveau depuis la fin de 2009. Les mesures d’accessibilité de RBC pour la Colombie-Britannique ont reculé de 0,9 % à 2,0 %.

En Alberta, l’accessibilité s’est améliorée de façon modérée. La hausse des prix n’a pas eu d’effet sur les acheteurs, car la diminution des taux hypothécaires et la solide croissance du revenu des ménages ont contrebalancé cette augmentation. Les mesures de RBC ont fléchi de 0,2 % à 0,9 %.

Du côté de la Saskatchewan, le marché résidentiel a rebondi vigoureusement, alors que les reventes ont atteint un nouveau pic. Toutefois, les mesures d’accessibilité de RBC y ont diminué de 0,8 % à 1,3 %.

Au Manitoba, les nouvelles inscriptions ont grimpé subitement pour atteindre presque 14 % de plus qu’en 2013. Les mesures d’accessibilité de RBC ont fléchi de 0,5 % à 1,5 %.

Quant à l’Ontario, l’accessibilité y a très peu changé, les acheteurs n’ayant pas tenu compte du fait que celle-ci est demeurée assez peu favorable pour les maisons unifamiliales. Les mesures d’accessibilité de RBC ont fléchi de 0,1 % à 0,2 %.

Et finalement, dans les provinces de l’Atlantique, les niveaux d’accessibilité se sont considérablement améliorés grâce à la diminution des taux hypothécaires et aux faibles pressions sur les prix. Les mesures de RBC ont chuté de 0,9 % à 1,8 %.

À lire aussi :

Loading comments, please wait.