A A A
Affaires

MICA a 30 ans… et on vous dit pourquoi

15 avril 2016 | Frédérique David | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer
Gino Savard

Gino Savard, président de MICA.

Le cabinet multidisciplinaire MICA, qui célèbre ses 30 ans cette année, a réussi à faire sa place dans un marché hautement compétitif. La petite entreprise d’assurances de personnes fondée par Me Denis Savard en 1986, à Québec, est devenue un cabinet multidisciplinaire de services financiers présent dans toute la province. MICA dénombre 70 employés et 150 conseillers partenaires. Pour souligner l’anniversaire du cabinet, Conseiller en a interrogé quelques-uns.

UNE APPROCHE HUMAINE

« MICA est une entreprise de proximité, où l’on se sent important, écouté et respecté », souligne Yvan Mathieu, du Groupe Mathieu Turgeon, affilié à MICA depuis cinq ans.

Comme lui, Jean-Sébastien Gilbert, de Gilbert & Associés, à Val-d’Or, a été séduit en 2008 par les valeurs véhiculées par l’entreprise. « À l’ère de l’informatisation, alors que nous avons accès à tout, les relations humaines sont ce qui permet de transmettre une information de qualité. Le schème d’entreprise familiale de MICA ressemblait au nôtre et a fait en sorte que notre partenariat devenait une alliance stratégique intéressante. »

À la tête de l’entreprise, Gino Savard bénéficie d’un capital de sympathie que ses employés et partenaires apprécient particulièrement. Au fil des ans, il a su perpétuer l’humanisme prôné par son père et assurer une relève à la hauteur des valeurs qui ont fait le succès de MICA, estiment-ils.

« Gino Savard est un homme avec lequel on a un sentiment de proximité incroyable, témoigne Jean-Sébastien Gilbert. Sa force a probablement été de s’entourer des bonnes personnes. L’équipe de direction est composée de gens qui ont des liens forts avec le réseau et qui nous permettent de grandir. »

Sébastien Poirier, représentant autonome établi à Saint-Jean-Sur-Richelieu, ajoute que Gino Savard est une personne disponible et serviable. « Il n’hésite pas à apporter son aide, dit celui qui est partenaire de MICA depuis 2008. Quand on a des interrogations, il est très accessible. On peut facilement aller prendre un café avec lui et discuter. Il donne toujours son point de vue. »

Michel Prévost, représentant en épargne collective.

Michel Prévost, représentant en épargne collective.

ENGAGEMENT ET DYNAMISME                                                 

Outre son accessibilité, Gino Savard est reconnu comme étant un leader dans l’industrie. Ses partenaires sont nombreux à souligner son dynamisme.

« Il est réellement soucieux de satisfaire ses clients et respecte sincèrement les besoins des Québécois dans leurs plans financiers », croit Michel Prévost, représentant en épargne collective et partenaire de MICA depuis 20 ans. « Il est à l’affut de tout ce qui se passe dans notre profession et milite en faveur de ses représentants », ajoute Yvan Mathieu.

Récemment, M. Savard n’a pas hésité à demander au ministre des Finances de mettre fin au statu quo en matière d’incorporation des conseillers « Gino Savard est un homme très humble qui veut faire avancer les choses, indique Sébastien Poirier. Il a su rassembler l’industrie au complet et mener ce combat pour nous. »

100 % QUÉBÉCOIS!

Le fait que MICA est une organisation québécoise est une autre des raisons qui ont poussé des conseillers à en devenir partenaires. Ceux qui ont fait affaire avec des entreprises de l’extérieur de la province dans le passé l’apprécient particulièrement. C’est notamment le cas de Gilbert & Associés.

« De plus en plus, les comptes se nationalisent et les conseillers font affaire avec des entreprises qui n’ont même pas leur siège social au Québec, confie Jean-Sébastien Gilbert. Nul doute qu’il est plus compliqué d’avoir une discussion avec le président d’une de ces compagnies qu’avec le président de MICA! »

Le conseiller apprécie particulièrement d’avoir accès à des informations en français.

Jean-Sébastien Gilbert, de Gilbert & Associés.

Jean-Sébastien Gilbert, de Gilbert & Associés.

« Pour produire une publicité, avec nos anciens partenaires, il fallait passer par le département de conformité et par le service de traduction, si bien que nous obtenions souvent l’approbation quand la publication n’était plus d’actualité! mentionne Jean-Sébastien Gilbert. MICA est une entreprise francophone, ce qui facilite les choses quand on exerce au Québec. »

DES SERVICES DE QUALITÉ

Au-delà de l’origine et de la philosophie de l’entreprise, le professionnalisme de son personnel attire également nombre de partenaires. Plusieurs d’entre eux mentionnent qu’il facilite leur travail quotidien.

Sébastien Poirier souligne par exemple l’heureux équilibre qui existe entre le soutien offert et la liberté d’action à MICA, gage de services de qualité, selon lui.

« Ce qui distingue MICA de la concurrence, c’est que nous sommes bien encadrés tout en étant libres, dit-il. Une personne est responsable de l’investissement et une autre des assurances, de sorte qu’il y a toujours quelqu’un de disponible, que nous obtenons des réponses à nos questions rapidement et que nous ne courrons pas après nos dossiers. De plus, on ne nous impose aucune mesure incitative à vendre les services d’une compagnie plutôt qu’une autre ou un produit plutôt qu’un autre. Une équipe de conformité s’assure que tout est en ordre. Nous sommes à la fois libres et bien épaulés! »

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques