A A A
Baisse économique

Moins d’obligations canadiennes pour les investisseurs étrangers

20 février 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


En décembre, les investisseurs étrangers ont réduit leurs avoirs en titres canadiens de 4,3 milliards de dollars, rapporte Statistique Canada. La baisse s’est concentrée dans des obligations libellées en dollars canadiens. Les investisseurs d’ici, eux, ont acquis pour 3,7 milliards de dollars de titres étrangers, principalement des obligations en dollars américains.

Les avoirs étrangers en titres d’emprunt canadiens ont diminué de 6,6 milliards de dollars, soit le recul le plus marqué en six mois.

Selon Statistique Canada, ce phénomène est le reflet d’« un désinvestissement en obligations canadiennes, partiellement compensé par un investissement dans les instruments du marché monétaire canadien ».

De leur côté, les avoirs des non-résidents en obligations canadiennes ont diminué de 10,9 milliards de dollars. Cette réduction a surtout concerné les obligations du gouvernement fédéral (principalement celles à courte échéance) et, dans une moindre mesure, les obligations d’entreprises publiques fédérales.

Cependant, cette activité a été modérée par des investissements étrangers de 4,3 milliards de dollars sur le marché monétaire national.

Toujours en décembre, les non-résidents ont acquis 2,3 milliards de dollars d’actions canadiennes supplémentaires dans leurs portefeuilles, ce qui représente le quatrième mois consécutif d’investissement dans ces instruments.

Durant cette période, le huard a continué de se déprécier par rapport au dollar américain, au point de terminer le mois à son plus bas niveau depuis août 2010. En revanche, l’écart entre les taux d’intérêt à court et à long terme au pays a continué de grandir : les premiers ont légèrement diminué, tandis que les seconds ont de nouveau augmenté.

En 2013, les investissements étrangers en actions canadiennes ont représenté un total de 18,9 milliards, comparativement à un milliard en 2012.

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques