A A A

Monique Jérôme-Forget démissionne

8 avril 2009 | Claude Couillard | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La ministre québécoise des Finances quitte immédiatement son poste. Elle ne siège également plus à titre de députée de la circonscription montréalaise de Marguerite-Bourgeoys, fonction qu’elle occupait depuis plus d’une décennie.

 

« Je quitte de façon sereine, je vais retrouver ma famille, mes petits-enfants, ma filleule, mon mari », a annoncé Monique Jérôme-Forget, aux côtés du premier ministre Jean Charest.

 

L’ancienne députée a confié que sa décision de se retirer de la politique avait été prise depuis longtemps, mais qu’elle tenait à présenter un dernier budget avant de tirer sa révérence. Des rumeurs au sujet de son départ imminent circulaient depuis des semaines.

 

Jean Charest devra remanier son cabinet. Selon certains observateurs, le ministre du Développement économique, Raymond Bachand, héritera du portefeuille des Finances.

 

Les conseillers interpellés

Au fil des ans, celle qui se dit notamment fière de la gestion serrée des finances publiques et règlement de l’équité salariale a piloté plus d’un dossier d’intérêt pour les conseillers.

 

À titre de ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, rappelons-le, était notamment responsable de l’Autorité des marchés financiers.

 

C’est sous son règne qu’a été adopté le régime de passeport dans le domaine des valeurs mobilières (lire notre article La commission de la discorde) et qu’a été mis en place le Règlement 31-103, concernant l’inscription des représentants et des cabinets (lire Achat de cabinets indépendants: de la résignation à la résistance).

 

Tout comme le premier ministre québécois, Monique Jérôme-Forget s’opposait à la création d’une commission pancanadienne des valeurs mobilières. Voici quelques articles récents parus à ce sujet :

 

Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000