A A A
Immobilier

Montréal veut faciliter l’achat de maisons pour les familles

26 mars 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Certains prix plafonds du programme Acquisition d’une propriété vont être révisés à la hausse à Montréal.

Selon Russell Copeman, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal et responsable de l’habitation pour la métropole, cette mesure « permettra d’assurer le maintien du bassin potentiel de bâtiments résidentiels existants admissibles au programme, facilitant ainsi l’achat de propriétés pour les familles ».

Répondre à la hausse des prix sur le marché

Ces modifications au programme Acquisition d’une propriété sont une réponse à l’augmentation des prix sur le marché résidentiel depuis la dernière hausse des prix plafonds en mai 2012, justifie la Ville. Elles « permettront à la fois de conserver pour 2015 le niveau d’admissibilité actuel pour les familles et de renforcer l’attrait de Montréal auprès des familles qui désirent acquérir une propriété résidentielle », précise M. Copeman.

Du côté du volet « bâtiment résidentiel existant » du programme, le prix d’achat maximum permis sera haussé à 450 000 dollars pour les bâtiments résidentiels unifamiliaux (soit une hausse de 50 000 dollars) et à 475 000 dollars pour les bâtiments résidentiels de deux logements ou duplex (+ 25 000 dollars).

Le prix d’achat maximum permis pour les bâtiments résidentiels de trois logements hors sol (triplex) demeure quant à lui inchangé, à 490 000 dollars. En effet, la Ville de Montréal a estimé que le fait de le majorer n’aurait pas augmenté significativement le bassin de cette clientèle cible, ce type d’habitation demeurant peu abordable pour des premiers acheteurs.

Maintenir 50 % de propriétés admissibles 

« Le marché résidentiel de la revente a évolué de telle sorte que les prix plafonds du volet existant du programme ne permettaient plus de rendre admissibles 50 % des propriétés visées inscrites sur le marché alors qu’il s’agissait de l’objectif initial », explique la Ville.

Augmenter les prix plafonds permettra d’atteindre à nouveau ce seuil, assure-t-elle. « Cela viendra également soutenir la bonne performance du volet existant, notamment celle de l’unifamiliale, introduite en juin 2014 », soutient Russell Copeman.

Cette décision de la Ville de Montréal intervient dans un contexte où le marché montre des signes de ralentissement. Selon les prévisions de la Société canadienne d’hypothèque et de logement et de la Fédération des chambres immobilières du Québec, les prix devraient en effet connaître une faible progression au cours des prochaines années.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.