A A A

Morningstar recommande trois fonds anti-tourmente boursière

25 janvier 2007 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’analyste David O’Leary, de Morningstar Canada, s’inquiète du fait que peu d’industries semblent immunisées contre la dernière faiblesse boursière. « Même le secteur de la santé, industrie habituellement défensive considérée par beaucoup comme étant imperméable à la récession, ne semble pas à l’abri du dernier mouvement boursier de vente massive », dit-il.

Cet expert présente trois fonds préférés des analystes de Morningstar Canada. Ces produits, pense-t-il, sont positionnés pour profiter des dernières turbulences du marché. « Ces quatre dernières années, les fonds dont s’occupent ces gestionnaires ont eu l’air très ordinaire. Mais n’y renoncez pas tout de suite, parce que ces gestionnaires ont attendu le bon moment. Et le bon moment, c’est précisément le type de marché chaotique qui s’annonce à l’horizon », note David O’Leary.

* Chou Associés.

On se demande pourquoi Morningstar Canada recommande ce fonds! Le refus du gestionnaire Francis Chou de payer des commissions de suivi « implique que ses fonds ne sont pas aussi courus que d’autres qui gratifient plus dignement les conseillers ». En outre, le rendement annualisé du fonds Chou Associés, soit 7,2 % sur quatre ans, « le place résolument dans le troisième quartile de la catégorie Actions de PME mondiales ». Certes, Francis Chou est un investisseur prudent. Pendant quatre ans, il est resté assis sur un magot en attendant les occasions de placement. Il est vrai que son encaisse (38 % en septembre 2007), lui donne des munitions pour faire le plein d’actions quand leur cours descend. Lors de la correction des technos en 2000, cette stratégie lui a servi. De 2000 à 2002, le S&P 500 a connu une chute de 36 % alors que Francis Chou « récoltait un rendement éblouissant de 75 % au cours de la même période », rappelle David O’Leary. Actuellement, le fonds Chou Associés sort d’une perte de 10 % en 2007. Or, les craintes du secteur immobilier liées aux hypothèques à risque ont dégénéré en peur d’une récession américaine, et Francis Chou bénéficie d’une position liquide énorme. « Bien que nous ne sachions pas vraiment ce que l’avenir nous réserve, nous apprécions les perspectives de ce fonds dans ce marché volatil ».

* Mackenzie Ivy Actions étrangères.

Voilà un autre fonds qui n’a rien cassé au cours des dernières années. Pourtant, ce fonds géré par Jerry Javasky, gestionnaire chevronné qui a produit des rendements impressionnants sur le long terme. Mais son rendement annualisé sur quatre ans de 4,5 % place ce fonds dans le troisième quartile de la catégorie Actions mondiales, note Morningstar. Mackenzie Ivy Actions étrangères se concentre sur des sociétés de qualité, considérant les évaluations comme secondaires. Résultat : il tend à éviter les entreprises à croissance cyclique pour leur préférer des firmes qui vont bien se comporter pendant tout le cycle boursier. La position défensive actuelle de ce fonds, accompagnée d’un coussin liquide de 18 %, est « de très bon augure », estime David O’Leary.

* PH&N Actions outre-mer.

« La cote deux étoiles de ce fonds doit faire froncer les sourcils de bien des personnes lorsque nous le recommandons », dit tout de go David O’Leary. C’est que le rendement de quatrième quartile sur sept ans peut être largement imputé au gestionnaire précédent. Mais les choses pourraient changer très bientôt, surtout si le marché continue à faiblir. L’actuelle gestionnaire, Jenny Witterick, a un palmarès exceptionnel dans la gestion des portefeuilles institutionnels. Elle privilégie les entreprises dotées d’une marge de sécurité suffisante. Son approche axée sur la valeur la dirige souvent vers des régions et secteurs mal-aimés, car c’est là où elle a tendance à trouver des actions sous-évaluées. Qui plus est, elle tend à s’éclipser de ces secteurs avant qu’ils n’atteignent leur zénith. « Par conséquent, ce fonds traîne généralement lors de bousculades sectorielles, et bat le marché à plates coutures lors de replis », note David O’Leary.

Pour lire l’article de Morningstar Canada, cliquez ici

Loading comments, please wait.