A A A
Comptoir/guichet

MRCC 2 : l’IFIC lance deux modèles de rapports simplifiés

15 avril 2015 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Les investisseurs disposent désormais de deux nouveaux modèles de rapports, sur le rendement des placements et sur les frais et autres formes de rémunération versés aux courtiers-conseillers, a annoncé hier l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC).

Ces documents ont pour but « d’aider le secteur des fonds à mettre en œuvre la phase 3 du nouveau régime d’information connu sous le nom de Modèle de relation client-conseiller, phase 2 (MRCC 2) », précise l’Institut.

Les deux rapports marquent « un net changement » dans la façon dont l’information sur leurs placements est présentée aux investisseurs, soutient Joanne De Laurentiis, présidente et chef de la direction de l’IFIC.

« Langage simple »

En effet, explique-t-elle, ils ont été conçus « de manière à respecter à la fois la lettre et l’esprit des règles ». Comment? « Nous avons utilisé les modèles proposés par les organismes de réglementation et en avons simplifié le langage. Nous avons créé une mise en page qui en facilite la lecture et ajouté des explications en langage simple pour de nombreux termes. »

Ainsi, le rapport sur le rendement des placements permettra aux clients de « vérifier s’ils sont en bonne voie d’atteindre leurs objectifs financiers, puisqu’il indiquera le rendement de l’investisseur (en dollars et en pourcentage), en fonction de ses cotisations, de ses retraits et de la variation de la valeur marchande des placements détenus dans le compte ».

Quant au rapport sur les frais et la rémunération, il leur donnera l’occasion de « vérifier la somme, en dollars et en cents, versée à la société de courtage en contrepartie des services que l’investisseur a reçus ».

Des investisseurs mieux outillés

« Une mise en œuvre uniforme du MRCC 2, s’appuyant sur des outils comme [nos] modèles de rapports, permettra aux investisseurs d’être mieux outillés et mieux informés, et, en fin de compte, cela renforcera les relations investisseur-conseiller », se félicite Brian Peters, président du conseil de l’IFIC.

Les documents ont été examinés par le personnel de l’Association canadienne des courtiers de fonds communs, dont les commentaires ont été pris en compte, précise l’Institut. Au total, 135 représentants de 57 entreprises travaillent ensemble au sein de ses comités consacrés au Modèle de relation client-conseiller.

« Nous encourageons tous les courtiers, qu’ils soient ou non membres de l’IFIC, à adopter un langage et une approche conformes à ceux utilisés dans ces modèles de rapports, afin d’aider les investisseurs à mieux comprendre », conclut Brian Peters.

À propos des modèles de rapports

Ceux-ci « satisfont entièrement aux exigences du MRCC 2 et aux modèles de documents créés par les organismes de réglementation », assure l’IFIC, qui précise que le langage qui y est employé « correspond environ à un niveau de compréhension de lecture d’un élève de secondaire 2 ».

Ces documents encouragent aussi les investisseurs à rencontrer leur conseiller régulièrement et à lui poser des questions sur les produits et services qu’il propose. Le but? « Améliorer leur compréhension et les aider à prendre de meilleures décisions financières. »

Guide d’accompagnement

Par ailleurs, un guide d’accompagnement est prévu afin d’aider les courtiers à les adopter « efficacement ». Celui-ci leur donne notamment « des précisions sur les commissions d’indication de clients et sur le barème des frais », et leur recommande « d’être sensibles aux besoins des personnes âgées lors de la conception visuelle de leurs rapports ».

À noter qu’au cours des prochains mois, l’IFIC publiera d’autres documents pour aider les courtiers, les conseillers et les investisseurs dans le cadre du MRCC 2.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques