A A A
Établissements

Objectif : liquider rapidement l’hypothèque

10 mai 2011 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

dollars_argent_maison_424Près de la moitié des Canadiens ont un prêt hypothécaire et, parmi eux, 86 % croient qu’il est important de le rembourser dès que possible.

C’est ce qu’indique un sondage mené en mars dernier pour la Banque Scotia. L’étude démontre que les participants sont au fait des façons de réduire la durée de leur prêt hypothécaire : augmenter le montant des paiements, faire des paiements de contrepartie, des paiements supplémentaires, etc.

L’ennui, c’est que ces méthodes éprouvées semblent difficiles à appliquer, car le budget est déjà limité. Or, Ce que de nombreux Canadiens semblent ignorer, c’est que de tout petits changements permettent de raccourcir la durée du prêt hypothécaire. Des milliers de dollars d’intérêts peuvent ainsi être épargnés.

La Banque Scotia passe en revue trois de ces méthodes.

1. Faire des paiements aux deux semaines
Selon la Scotia, cette option est la plus populaire parmi les Canadiens qui ont un prêt hypothécaire. En effet, 4 % des participants choisissent de rembourser leur hypothèque toutes les deux semaines. En comparaison, 38 % font des paiements hypothécaires mensuellement ou deux fois par mois.

Le paiement aux deux semaines permet d’effectuer 26 versements pas année, au lieu de 24 si on les fait deux fois par mois. Mine de rien, ces deux paiements supplémentaires contribuent à retrancher quatre ans au règlement d’une hypothèque de 200 000 $ amortie sur 30 ans à un taux de 4,49 %, calcule la Scotia.

2. Augmenter légèrement le montant des versements chaque année
Souvent, les gens ont un revenu plus élevé quelques années après avoir contracté un prêt hypothécaire que lorsqu’ils ont déterminé le montant de leur paiement à l’origine. Si le fait d’opter pour un plan de remboursement aux deux semaines est trop coûteux, ou l’on fait déjà des paiements aux deux semaines, on devrait songer à augmenter les paiements hypothécaires habituels de 1 % ou 2 % chaque année, en fonction de la hausse du revenu.

Pour une personne dont le paiement hypothécaire aux deux semaines est d’environ 500 $, cela représente un paiement supplémentaire de 5 $ à 10 $. « Alors que vous ne remarquerez sans doute qu’à peine ce changement à votre budget […] vous remarquerez certainement la possibilité de réduire la durée de votre prêt hypothécaire de quatre à sept ans », estime la Banque Scotia, qui utilise ici aussi l’hypothèque de 200 000 $ amortie sur 30 ans à un taux de 4,49 %.

3. Faire des paiements supplémentaires quand cela est possible
L’avantage de cette méthode réside dans le fait que les paiements supplémentaires sont appliqués directement au remboursement du capital. Selon le sondage, 65 % des personnes interrogées ont des contrats qui prévoient cette option. Parmi elles, 75 % en profitent. Un tiers des participants (33 %) effectuent des paiements supplémentaires quand leur budget le leur permet, 20 % le font sur une base annuelle, et 8 % y recourent chaque mois.

La Banque Scotia fait remarquer que de nombreux Canadiens ont un plan pour leurs placements. Pourquoi n’en créeraient-il pas un pour leurs emprunts? « Un plan d’emprunt peut vous aider à évaluer votre situation financière courante et à planifier la façon dont vous pouvez vous acquitter de vos dettes dès que possible », note-t-elle.

Loading comments, please wait.