A A A
Économie

De l’aide pour évaluer le risque de volatilité des OPC

17 septembre 2014 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

L’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) vient de publier ses Directives d’application facultative concernant la classification du risque de volatilité à l’intention des gestionnaires d’organismes de placement collectif.

L’objectif  est de fournir aux gestionnaires d’organismes de placement collectif « une méthode normalisée d’évaluation et de description du risque de volatilité » afin de les aider à satisfaire aux obligations d’information prévues dans le Règlement 81-101 (Régime de prospectus des organismes de placement collectif).

Les directives sont élaborées sur une base facultative depuis 2003 par le Groupe de travail sur la classification du risque, composé de membres de l’Institut.

Classifier le risque

Selon l’IFIC, ce document est destiné à :

• établir une méthode uniforme de classification du risque de volatilité ;

• améliorer la comparabilité des classifications de risque de volatilité des différents OPC ;

• améliorer l’information sur le risque de volatilité présenté dans les prospectus des OPC ;

• fournir un cadre quantitatif qui puisse servir à évaluer la volatilité passée d’un fonds.

En effet, souligne l’Institut, si la réglementation actuelle en matière de communication de l’information exige qu’un gestionnaire publie le risque associé à chaque OPC, elle omet d’en définir la notion.

Un outil intéressant

Or, le professionnel peut faire état de plusieurs risques dans un prospectus, spécialement celui de volatilité. D’où l’intérêt pour lui de disposer d’un outil qui l’aidera à le classifier et à le comparer au sein des différentes catégories de fonds d’investissement.

À noter que le document s’adresse aux seuls gestionnaires d’OPC. Les directives qu’il contient ne doivent pas être utilisées par les courtiers et leur personnel pour remplacer une évaluation complète de la pertinence, ni à des fins de construction de portefeuille.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques