A A A
Or

Or : les analystes de plus en plus confiants

9 juillet 2013 | Ronald McKenzie | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Quatorze des 27 analystes sondés par l’agence Bloomberg News croient que le prix de l’or se raffermira au cours des prochaines semaines. Cette proportion de spécialistes ayant une opinion positive sur le métal jaune est la plus forte enregistrée depuis le début du mois de juin.

Le coup de sonde de Bloomberg indique également que 10 analystes estiment que le prix de l’or continuera de baisser et que 3 autres se disent « neutres ».

Pour justifier leur confiance, les experts positifs invoquent principalement l’instabilité politique au Portugal, la résurgence des craintes liées à la dette européenne et les achats massifs d’or par l’industrie de la joaillerie qui profite du récent recul des prix pour faire le plein de métal.

Bloomberg signale que le cours de l’or a fondu de 23 % durant le 1er trimestre. De nombreux investisseurs ont liquidé leurs positions après que la Réserve fédérale américaine a déclaré qu’elle pourrait mettre un terme à sa politique accommodante de stimulation économique.

La chute des prix a fait bondir la demande en or. La Turquie, quatrième plus gros consommateur mondial de métal jaune, a augmenté ses importations à 45,5 tonnes en avril et à 43 tonnes en mai et juin. C’est du jamais vu en plus de quatre ans.

Cette soif pour l’or a contribué à maintenir son cours, mais il pourrait s’apprécier rapidement, dit Bloomberg, si les difficultés politiques au Portugal persistent. La semaine dernière, le rendement des obligations portugaises de 10 ans a franchi la barre du 8 % à la suite de la démission de deux ministres du gouvernement Coelho. C’est la première fois en sept mois que ces obligations se négocient si chèrement.

Par ailleurs, plusieurs experts estiment que les fluctuations du prix du pétrole pourraient créer des pressions inflationnistes à l’échelle de la planète. Ils rappellent que le brut s’est échangé la semaine dernière à plus de 100 $US le baril, un plafond depuis septembre 2012, conséquence des troubles politiques et sociaux en Égypte. Comme rien n’indique que la situation là-bas semble sur le point de se rétablir, ces observateurs affirment que les investisseurs se procurent de l’or à titre de rempart anti-inflation.

Fait à noter, les fonds de couverture font bande à part. En effet, ils ne sont pas très optimistes sur les perspectives de croissance du cours de l’or, révèle l’étude de Bloomberg. Leur sentiment négatif a atteint un seuil inégalé en six ans. Quant aux fonds négociés en Bourse qui détiennent de l’or physique, ils en ont vendu 595 tonnes depuis le début de l’année, effaçant de leurs portefeuilles des actifs évalués à 61 milliards de dollars.

Au moment de mettre en ligne, l’or s’échangeait à 1235 $US l’once, en hausse de près de 2 %.

Loading comments, please wait.