A A A

Ordre des planificateurs financiers : vos points de vue

24 juillet 2009 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

La création d’un ordre professionnel des planificateurs financiers au Québec permettrait-il de mieux sévir contre les Earl Jones de ce monde ? Oui, estimait l’Institut québécois de planification financière (IQPF). Non, répliquait la Chambre de la sécurité financière (CSF) dans notre article intitulé Ordre des planificateurs financiers : le débat est relancé.« Toutes ces appellations créent de la confusion et diluent le fait qu’un planificateur financier à une plus grande "expertise" dans les différents domaines », conclut-il.

« Je n’y crois tout simplement pas »
« Je n’y crois tout simplement pas », souligne de son côté Noël Meunier, un conseiller à son compte de Trois-Rivières. « La qualité professionnelle supposément supérieure des planificateurs financiers est un mythe, écrit-il. Il s’agit d’un groupe qui veut d’abord se sécuriser en obtenant une exclusivité professionnelle. […] J’ai œuvré pendant 30 ans dans les institutions bancaires et je suis conseiller en épargne collective depuis juin 2003. Honnêtement, je n’ai, à ce jour, rencontré aucun planificateur financier dont l’expertise ou la méthode de travail se démarquait de façon notable. Je n’ai pas besoin d’être planificateur financier pour reconnaître les différents besoins en matière de services financiers, qu’il s’agisse d’assurance vie, invalidité, maladie grave, d’épargne études, d’épargne retraite, d’épargne courante ou de planification testamentaire. Je n’ai pas besoin d’être planificateur financier pour référer mes clients à des experts en matière de testament ou de fiscalité. »

Loading comments, please wait.
Médias Transcontinental S.E.N.C. Un site de TC Media,
Solutions Affaires
Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque O.
Montréal, QC H3B 4X9
(514) 392-9000