A A A
Techno

Pas de bureau = moins de frais de gestion

18 avril 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Techno_Analyste_Ecran_Micro_Enregistrer_DicterOn le répète depuis belle lurette : la technologie change les interactions entre les conseillers et leurs clients à mesure que de nouveaux joueurs émergent, principalement les FinTechs. La nouvelle tendance : abolir le bureau pour réduire les frais de gestion.

C’est ce que propose la jeune firme Tridus Wealth Management de Vancouver, qui vient de conclure un partenariat avec l’entreprise Cassia Research afin de lancer un bureau sans papier, mais aussi sans locaux physiques, rapporte le Globe and Mail. Un cabinet entièrement virtuel dont l’objectif est d’abaisser de 25% les frais de gestion du patrimoine de leurs clients, indique au Globe le patron de la firme, Harry McLaughlin.

«Les frais de gestion des Canadiens sont parmi les plus hauts du monde dans le domaine du conseil financier», croit-il.

«Nous voulons fournir une façon de travailler plus efficace qui va libérer l’horaire des conseillers. Ceux-ci auront ainsi plus de temps à consacrer à leurs clients, à moindre coût. Le problème actuellement, c’est que les conseillers sont débordés par la paperasse et la conformité», estime le gestionnaire.

MIEUX QU’UN CONSEILLER-ROBOT

La firme de M. McLaughlin compte être en activité cet été. La plateforme développée pour son entreprise consiste à établir un réseau de conseillers indépendants, qui vont utiliser la technologie de gestion de risques de sa compagnie, ainsi que des outils de gestion de portefeuille similaires à ceux offerts par les conseillers-robots.

Mais contrairement à ces derniers, les conseillers indépendants qui travailleront pour Tridus seront en mesure de créer des portefeuilles personnalisés pour leurs clients, incluant des fonds communs de placements, des fonds négociés en bourse et des actions.

Cette façon de faire permettrait aussi le maintien d’une relation directe entre le conseiller et son client pour toute la gamme des services offerts, notamment la planification financière, la planification successorale et les assurances.

EXIT LE BUREAU

Les conseillers qui feront affaire avec Tridus n’auront pas de bureau mis à leur disposition, mais plutôt des téléphones portables et des tablettes. La rencontre avec le client pourra ainsi se faire n’importe où en tout temps, que ce soit en personne, au téléphone ou par Skype ou Facetime. Les clients n’auront plus qu’à se connecter à un portail virtuel afin de suivre en direct les explications de leur conseiller sur leur propre appareil mobile.

LA VOIE DE L’AVENIR

L’utilisation des appareils technologiques par les conseillers en services financiers est en constante augmentation et ce, même si plusieurs firmes ont du mal à suivre le rythme effréné avec lequel la technologie évolue.

Selon un sondage mené en 2014 par TC Media, 93% des conseillers utilisent un téléphone intelligent au quotidien, mais seulement 50% font usage d’une tablette. Une proportion qui a augmenté par rapport à 2012, lorsqu’un sondage similaire avait révélé qu’ils n’étaient que 37% à le faire.

La plupart des conseillers interrogés en 2014 ont indiqué utiliser leur tablette lors de leurs rencontres avec leurs clients.

«La prochaine vague de clients ne sera pas intéressée à ce que leur conseiller vienne les rencontrer à la maison. Ils voudront avoir le loisir de communiquer à distance, par l’entremise d’un écran», croit une planificatrice financière interrogée par le Globe and Mail qui rencontre déjà 25% de ses clients via Skype, Facetime ou Google Hangouts.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques