A A A
Argent

Pas de folies avec les remboursements d’impôt

4 mai 2010 | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

argent_canada_364Les Canadiens géreront avec sagesse leur remboursement d’impôt cette année. En effet, près de la  près de la moitié d’entre eux (48 %) vont l’affecter au règlement de leur compte de carte de crédit et d’autres factures, indique un sondage de BMO Nesbitt Burns.

Un peu plus de 20 % des contribuables prévoient investir leur remboursement d’impôt dans leur REER ou leur CELI, alors que 15 % ont l’intention d’utiliser cet argent pour rénover leur maison ou régler d’autres dépenses de consommation de leur ménage. Seulement 4 % des Canadiens emploieront leur remboursement pour réduire leur dette hypothécaire.

Douze pour cent des participants ont dit qu’ils consacreront cet argent à des voyages ou à l’achat d’articles pour leurs loisirs.

L’étude de BMO Nesbitt Burns montre que les Canadiens agissent de manière mesurée avec leur remboursement d’impôt. En effet, ils suivent presque à la lettre les cinq conseils que prodigue la firme de courtage. Voici ce que recommande BMO Nesbitt Burns :

  • Remboursez votre prêt REER ou faites votre cotisation REER maintenant : Les stratégies de prêt REER ne sont réellement efficaces que si le remboursement d’impôt est affecté au règlement du prêt. Sinon, c’est une dette de plus à supporter. Autrement, BMO Nesbitt Burns conseille d’utiliser le remboursement d’impôt pour faire une cotisation REER maintenant plutôt que d’attendre jusqu’à la date limite l’an prochain. Ceci permet de bénéficier de presque une année supplémentaire de croissance à impôt différé.
  • Réduisez les soldes de vos cartes de crédit : L’intérêt exigé par certaines cartes de crédit peut gruger les épargnes. Le remboursement d’impôt peut servir à diminuer les soldes des cartes de crédit ou les payer intégralement, en ciblant ceux dont les taux sont les plus élevés.
  • Faites un versement hypothécaire supplémentaire : Appliqué directement au capital d’un prêt hypothécaire, un versement supplémentaire peut réduire considérablement les frais d’intérêts sur la durée de vie du contrat.
  • Versez le maximum dans votre CELI : Les personnes qui n’ont pas de dettes peuvent en profiter pour faire fructifier leur remboursement d’impôt. L’argent placé dans un CELI croît sans être imposé. Même si on a versé la cotisation maximale dans un CELI l’an dernier, il est possible d’y placer 5 000 $ cette année.
  • Économisez pour des études : L’instruction peut coûter cher. Le fait de cotiser à un REEE peut atténuer la pression que tous les parents ressentent lorsqu’ils planifient l’avenir de leurs enfants. Une cotisation de 2 500 $ à un REEE peut donner droit à une subvention de 500 $ versée par l’État. « Versez la cotisation maximale chaque année et vous pourriez obtenir jusqu’à 7 200 $ de subventions à vie pour chaque enfant », indique BMO Nesbitt Burns.
Loading comments, please wait.