A A A
Économie

Pas tout de suite, les changements aux assouplissements quantitatifs

23 mai 2013 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer


Ben Bernanke attend d’avoir davantage de preuves que l’économie des États-Unis s’améliore avant de modifier l’actuel programme d’assouplissement quantitatif.

La levée prématurée de la politique de soutien à l’activité économique américaine pourrait freiner la reprise, a dit le chef de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Dans le compte rendu qu’il a livré mercredi sur la politique monétaire, Ben Bernanke a indiqué que les perspectives pour le marché de l’emploi se sont raffermies depuis que le programme de rachats d’actifs a été lancé en septembre.

« Mais bon nombre [des membres de la Fed] ont déclaré que de nouveaux progrès, une confiance accrue dans les perspectives et une diminution des risques baissiers étaient nécessaires avant que l’on puisse considérer qu’une baisse du rythme des rachats est appropriée », a précisé Ben Bernanke.

Il a ajouté que sa politique monétaire accommodante encourage la consommation intérieure (achats de voitures, augmentation des dépenses liées à l’habitation) et l’enrichissement des ménages. Et, malgré l’injection massive d’argent dans le système, l’inflation demeure sous contrôle.

Lors de la réunion des 30 avril et 1er mai, la Fed s’était prononcée en faveur du maintien du programme de 85 milliards de dollars par mois de rachats d’actifs.

Le comité de politique monétaire de la Fed semble toutefois divisé sur le moment à partir duquel ce programme devrait commencer à être révisé.

« Certains membres ont exprimé une volonté de diminuer le rythme des rachats d’actifs dès le mois de juin (…) si la croissance économique est soutenue », peut-on lire dans le procès-verbal de la Fed.

La banque centrale américaine tient sa prochaine réunion de politique monétaire les 18 et 19 juin prochains.

À lire :

5 raisons pour lesquelles la Réserve fédérale américaine se trompe

Loading comments, please wait.