A A A
Certificat

Planificateurs financiers : enfin des normes pancanadiennes

1er avril 2015 | Pierre-Alexandre Maltais | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

Après des années de concertation, l’Institut québécois de planification financière (IQPF) et le Financial Planning Standards Council (FPSC) ont établi les normes de planification financière pour l’ensemble du Canada dans un document de référence intitulé La planification financière au Canada : définitions, normes et compétences.

Les deux organismes ont ainsi couché sur papier des principes de déontologie uniformisés ainsi qu’une série de normes de pratique qui devraient être observées par toute personne détenant le titre de Pl. Fin. ou de CFP professionnel au Canada.

Avec ce document de référence, les deux organismes définissent ainsi les standards d’éthique et de services auxquels les clients devraient pouvoir s’attendre d’une relation professionnelle, et ce, peu importe qu’ils se trouvent à Calgary ou à Chicoutimi.

Une uniformisation nécessaire  

Si l’IQPF avait ses propres normes établies et qu’une alliance existait déjà avec le FPSC, le besoin d’uniformisation à l’échelle pancanadienne se faisait de plus en plus sentir.

« Au fil de nos discussions, on s’est rendu compte qu’il existait trop de définitions de ce qu’est un planificateur financier. C’est devenu nécessaire de mettre nos efforts en commun et d’aller de l’avant avec l’uniformisation de nos normes », explique la présidente-directrice générale de l’IQPF, Jocelyne Houle-LeSarge.

Les planificateurs financiers reconnaîtront plusieurs normes déjà en vigueur dans ce nouvel ouvrage de référence, au point de se demander s’il n’est pas inspiré en majorité par les bases établies par l’IQPF au fil des ans.

Or, rappelle Mme Houle-LeSarge, il s’agit bel et bien d’un travail de concertation entre les deux partenaires. « Dans certains cas, les idées venaient de nous. Pour d’autres, c’était plutôt en provenance du FPSC. Si on compare les deux versions du livre [NDLR : anglais et français], on se retrouve désormais avec des normes identiques à 95 % [après traduction] », indique la présidente de l’IQPF.

Elle cite d’ailleurs l’exemple du code de déontologie pour illustrer la coopération entre les deux instances. « Notre code contenait 8 principes, celui du FPSC en avait 7. Nous avons examiné le tout ensemble afin de déterminer les 8 principes communs qui sont définis dans le nouveau document. Celui-ci établit des normes de déontologie et de compétence qui serviront non seulement les planificateurs financiers, mais aussi tous les consommateurs qui voudraient bénéficier de leurs compétences et de leur expertise », dit Mme Houle-LeSarge.

« Cet outil nous servira de base pour élever la planification financière au rang de pratique professionnelle distincte qui respecte des normes déontologiques et des pratiques rigoureuses », a déclaré dans un communiqué le président-directeur général du FPSC, Cary List.

Pour rassurer le public

Dans sa forme actuelle, la fonction première de ce document n’est donc pas nécessairement de définir de nouvelles normes de pratique pour les planificateurs financiers – normes qui demeurent les mêmes sur le fond –, mais bien de rassurer le public quant aux services qu’il est en droit de recevoir d’un professionnel portant le titre de Pl. Fin.

Selon ces définitions, l’objectivité, la confidentialité et un degré de compétence élevé sont les caractéristiques essentielles du planificateur financier professionnel.

« Les planificateurs connaissent déjà ces normes. Le livre se veut surtout une sorte de garantie que le service donné par un Pl. Fin. sera uniforme partout au Canada », indique la présidente de l’IQPF, qui espère même que de nouveaux clients feront appel à des planificateurs après avoir pris connaissance des normes qui les régissent.

La rédaction vous recommande :

 

Loading comments, please wait.
Rogers médias numériques