A A A
Immobilier

Plus difficile de devenir propriétaire qu’il y a 40 ans

9 mai 2016 | La rédaction | Commenter

  • commenter
  • envoyer
  • imprimer

argent_maison_immobilier_achat_vente_425Les Canadiens doivent travailler deux fois plus d’heures pour acquérir une maison que dans les années 1970, selon une étude de l’Institut Broadbent publiée la semaine dernière.

Il leur faudrait l’équivalent de huit ans de labeur plutôt que quatre pour arriver à leurs fins. Pour en arriver à ces données, l’auteur de l’étude, Marc Lavoie, a basé ses calculs sur l’achat d’une maison de prix moyen, achetée par un travailleur payé au salaire hebdomadaire moyen.

En observant les variations du coût en argent comptant d’une maison au fil des décennies, le chercheur constate que le nombre d’heures de travail nécessaire pour en acheter une est demeuré constant à plus ou moins 200 heures entre 1970 et 1986, avant de grimper fortement pendant trois ans. Il a ensuite chuté, notamment lors de la récession de 1990-1992, et n’est revenu à son sommet de 1989 qu’en 2006. Il fallait alors environ 293 semaines de travail pour acquérir une résidence.

Depuis, ce chiffre a fortement augmenté. En 2015, il fallait plus de 400 heures de travail pour devenir propriétaire, soit deux fois plus que dans les années 1970. Que la maison soit payée comptant ou en ayant recours à une hypothèque, la situation demeure la même.

Pour l’Institut Broadbent, cela démontre l’importante perte de pouvoir d’achat des Canadiens désireux de posséder leur propre maison.

« Il ne faut pas s’étonner que tant de jeunes acheteurs potentiels, surtout ceux vivant dans les grandes villes, considèrent que devenir propriétaire d’une résidence n’est qu’un rêve lointain », conclut l’Institut.

La rédaction vous recommande :

Loading comments, please wait.